Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pékin chez Confucius

Publié le par Sylvie et Gerard

Aujourd’hui la journée commence doucement, c’est la femme de ménage qui nous mettra dehors à 10h.

Nous prenons le métro pour le Temple des Lamas, une ancienne résidence impériale devenue une lamasserie au 18e siècle.

Dès la sortie du métro, l’encens embaume l’atmosphère, faut dire que toute la rue est consacrée au bouddhisme : des statuettes du Bouddha, des fleurs de lotus en plastique, de l’encens.

La visite ou la prière coute 25 yuans par personne. A l’intérieur du mur d’enceinte rouge, une grande allée d’arbres ginkos conduit à la porte de la Concorde avec les stands de vente d’encens. Puis c’est une enfilade de bâtiments, des récipients où brulent l’encens se trouvent devant chacun d’eux et les pèlerins s’agenouillent pour prier et faire leur offrande d’encens. Tout est bleu de fumée.

Les bâtiments sont les mêmes que dans la cité impériale avec plein de bouddhas à l'intérieur et les cours sont identiques enfumées par l'encens.

Le Pavillon des 10 000 Bonheurs renferme une statue de bouddha de 18m de haut et 26 mètres de diamètre, sculptée dans un seul arbre de santal disent-ils. Dans la Salle de la Roue de la Loi, se trouvent une autre statue et les bancs des moines en rangées parallèles. Dans chaque cour il y a des arbres, grenadiers, plaqueminiers…Un peu partout des coffres où l’on peut se débarrasser de quelques billets. Il faut avoir le portefeuille bien rempli, pour croire au Bouddha ! Pour bien prier Bouddha il faut au moins payer 3 gros bâtons d’encens, faire brûler le paquet entier est le bien venu.

En revenant dans la rue, de l’autre côté se trouve le temple de Confucius et le Collège Impérial. Dans la cour, derrière la porte d’entrée, des cyprès centenaires, même 7 fois centenaire. La vie de Confucius et sa doctrine sont décrites avec des peintures, photos ou mannequin de bronze. Au centre se trouve le pavillon du Disque de Jade. Un peu partout les stèles en marbre blanc avec les 50 000 noms des candidats reçus aux examens impériaux, examen qui permettait d'être fonctionnaire impérial. Un autre musée décrit la vie des stagiaires.

Le quartier est composé de petites ruelles, nous revenons au métro par le Wudaoying Hutong en regardant les petites boutiques branchées.

Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius
Pékin chez Confucius

Commenter cet article