Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Osaka et Kyoto

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous quittons Osaka pour Kyoto. Nous partons de l'hôtel avec nos sacs et valises à 10 heures, en direction de la Gare Umeda. Nous mettons nos bagages dans une consigne automatique, 700 yens pour la valise et 500 yens pour le sac, il y a 3 tailles différentes. Nous allons prendre au distributeur nos billets pour Kyoto, 560 yens par personne. Ca coute moins cher de voyager avec ses bagages que de les laisser dans une consigne. Libres de nos mouvements nous partons à la découverte de la gare, nous montons par les escalators jusqu'au 10 ème étage et nous finissons par les marches jusqu'au 13ème pour aboutir dans la Farm Garden. Dans les escaliers des fleurs sont installées sur les murs, puis nous arrivons dans un jardin potager, les jardiniers s'activent sur les parterres de fleurs, les uns pour enlever une à une les fleurs fanées, d'autres pour arroser ou biner. Un potager se découvre à nous, il se compose de petits carrés de plantes différentes. Nous découvrons les courgettes, piments, potirons, shiso, menthe, basilique, maïs, blé, et d'autres variétés, le tout entouré d'hortensias.

Il est midi nous redescendons prendre le train, le représentant de "Vivre le Japon" nous attend à 15h à Kyoto, pour nous remettre les clés de l'appartement que nous avons loué pour 5 jours au centre de Gion. 

Après 35mn d'express, nous arrivons à la gare immense de Kyoto. Nous trouvons sans difficultés la station de bus et en suivant les consignes envoyés par "Vivre le Japon" prenons le bus 206. Nous trouvons l'appartement en suivant les instructions, sans problème. Il est 14h nous avons une heure d'avance, nous décidons de prendre un encas au café situé juste dessous l'appartement pour patienter. Notre correspondant s'y trouve lui aussi en train de déjeuner. Nous prenons deux bières et un sandwich et ensuite montons à l'appartement. Clément nous présente les subtilités de l'appartement et du fonctionnement des divers appareils, machine à laver, cuiseur de riz, lumière, ouverture des fenêtres, où se trouve la vaisselle, la douche. Il nous fait aussi un topo sur ce que nous pouvons voir en 5 jours et la situation des différents sites sur une carte, des bons restaurants aux alentours avec leur spécialité, nous montre de visu où se trouve le Lawson, le 7 Eleven, le Familymart et le super marché. Nous ne sommes jamais arrivés dans une ville avec autant de renseignements en aussi peu de temps. Il y en a tellement, comme nous n'avons rien noté, nous en oublions immédiatement la moitié, il nous reste les indications qu'il a inscrit sur la carte. 

L'installation finie, nous partons faire un  tour de quartier, Nous trouvons sans peine notre premier temple, le Yasaka shrine, c'est facile il y en a, à tous les coins de la rue.

Dans Gion, nous croisons beaucoup de dames et de jeunes filles en kimono. Il existe des magasins de location, vous pouvez louer une tenue traditionnelle avec kimono et tongs en bois pour 3000 yens. Les touristes se repèrent de suite, elles ne sont pas à l'aise pour marcher avec les tongs malgré les chaussettes avec le pouce séparé. Dans le temple, en prenant en photo trois  touristes japonaises en kimono je m'aperçoit qu'une d'elle aussi me filme, elle s'approche me demande d'où je viens. Elles, elles sont coréennes.

Nous rentrons en passant par le super market prendre de l'eau gazeuse et des barquettes d'ananas. Dans les restaurant ils ne servent pas de fruits comme dessert et cela nous manque un peu. Les fruits au japon sont chers, une grosse pomme 250 yens, un ananas 1000 yens, un melon aussi.

Après une nuit réparatrice, nous prenons le bus 17 pour Ohara un petit village au nord de Kyoto. Nous avons un peu de mal à trouver l'arrêt de bus. Il existe en fait deux bus 17, un vert et un marron, le marron est marqué Ohara mais ne s'arrête pas au même endroit que le vert, nous le voyons passer, il suffit maintenant de savoir où nous allons pouvoir monter. Après plusieurs renseignements donnés en japonais, nous arrivons à trouver le bon arrêt. Il est prévu une journée "bucolique", dans les jardins et les champs à la campagne.

Les spécialités du village ce sont les pickles, nous goutons un peu de chaque sans toujours identifier de quoi ils sont composés. Nous trouvons plusieurs champs de shizo, il pousse ici mieux que chez Céline, il doit se trouver chez eux, ou le climat est mieux adapté.

Nous montons un chemin bordé de boutiques de pickles, ce n'est pas le choix qui manque. Nous allons jusqu'au temple Sanzen in, puis flânons dans les jardins qui le jouxtent. Un gros papillon noir, nous nargue . Il butine les azalées en vol, il ne se pose jamais, difficile pour la photo. Un petit cour d'eau serpente entre les allées, la mousse est omniprésente pourtant les hortensias souffrent de la chaleur ou de la sécheresse, les fleurs pendent, les tiges n'ont pas la force de les soutenir. Des petits personnages en pierre se cachent dans la mousse, deux grenouilles font grand bruit dans leur mare. Tout en haut une rangée d'étagères où reposent des milliers de petites figurines de guerriers, un peu plus de 17000, je les ai compté 47 fois 375 statuettes, en plus elles sont numérotées. A côté un autre temple le Shorin in, plus que millénaire entouré de son jardin de mousse et de sa mare aux grenouilles. Dans un angle une cloche, évidemment c'est tentant, je la fais sonner...et me fais gronder!  Jouxtant le temple, on trouve un jardin avec cérémonie du thé. Heureusement il y avait des petits tabourets, j'ai pu déguster le matcha en toute sérénité en face du jardin et de son pin sept fois centenaire. C'est la journée bucolique!

Nous retournons à la station de bus. Nous nous arrêtons en chemin prendre une petite collation, nous optons pour deux plats de soba (pâte) froide, Sylvie prend les famous tororo soba et moi les kinoko mozore soba. Après cette dégustation, même si certains éléments non pas pu être identifiés, c'était très bon. Nous avons essayé de comprendre avec quoi était réalisé le Tororo dont l'apparence en mousse légèrement gluante nous était inconnue. Nous avons questionné le cuisinier qui ne parlait que japonais et qui nous a répondu d'un ton évident par Tororo lorsque nous lui avons montré l'assiette. Deux boutiques plus loin, nous commandons chacun une glace, nous choisissons moitié vanille, moitié shizo rouge. Nous avons une vanille, et une shizo. Nous progressons en japonais mais il reste des progrès à effectuer.  Nous allons au temple suivant le Jakko in. Le chemin y conduisant traverse les champs, les cultures entourent les maisons, les champs de riz en surplomb, l'innondation est assurée si la petite digue cède.

Le temple est quelconque, mais le chemin qui y mène est joli, il serpente entre les cultures dont plusieurs champs de shizo. Cela pousse très bien ici.

Retour, en bus jusqu'à Gion, nous retournons à l'appartement en passant par des petites ruelles, longeant une petite rivière très ombragée et bordée de restaurants des deux cotés. Nous croisons en chemin deux apprenties geishas. Nous rentrons après avoir acheté de l'eau et des fruits. Juste en face du supermarché dans une petite ruelle, une pagode bien exposée au soleil couchant : la photo est obligatoire. Ouf la journée bucolique est finie, une bonne douche et un peu de repos.

 

Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto
Osaka et Kyoto

Commenter cet article

thierry 15/06/2017 14:58

tres beau surtout les petites statuette dans la mousse autour de sanzan in! et apres le temple un yamasaki de kyoto

Sylvie et gérard 16/06/2017 00:41

Nous ne pourrons pas visiter la distillerie, il faut réserver et c'est complet pour les deux mois qui viennent.