Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chiran

Publié le par Sylvie et Gérard

En face de la gare, nous trouvons dans la station de bus, le bus 16 qui va nous amener en 1h à Chiran pour 850 yens. Après un long passage en banlieue, nous attaquons les collines entre les plantations de riz et de thé, celui de Chiran est réputé.

P1080828

En arrivant, nous nous arrêtons devant la rue des samouraïs, les billets pour la visite se prennent au parking des bus dans la première échoppe à l’entrée à droite (500 yens). La rue encadrée de mur de pierres, taillées dans de gros blocs compacts, est longée de demeures de samouraïs restaurées. Neuf se visitent. Elles sont toutes, entourées par un jardin japonais, avec de gros rochers, des arbres taillés et diverses lanternes. L’agencement est toujours harmonieux. La visite est entrecoupée d’intermèdes nuageux et pluvieux.

P1030498

 

P1030526

 

P1030567

 

P1030517

 

P1030570

 

P1030538

 

P1080760

P1080764

P1080757

 

P1080791

 

P1080793

Après avoir essuyé plusieurs averses, nous investissons dans un parapluie d’origine chinoise, pour 398 yens. Sitôt cet investissement réalisé, le ciel s’éclairci et il ne pleuvra plus de la journée. La petite bourgade de Chiran est aussi connue car elle accueillait pendant la guerre du Pacifique, le campement et la piste d’ou partait les avions pilotés par les kamikazes. Le musée est dédié à la paix et au souvenir de ces jeunes japonais qui ont fait le sacrifice de leur vie pour sauver, croyaient-t ils, leur patrie !!!!!!!

P1080803

Pour nous y rendre nous empruntons, la route des lanternes, le musée est à la sortie de la ville, ils n’ont pas précisés sur le plan, qu’il n’était pas à l’échelle et que la route montait. En fait c’est à 2,5 km, nous râlons pour le principe, il y a eu tromperie sur la marchandise. Nous arrivons au musée en sueur, car les averses n’ont pas fait chuter la température. Dans le musée, les photos des kamikazes sont affichées sur les murs. Leurs dernières lettres, avant de décoller, sont consultables sur des écrans tactiles, ainsi que la traduction en anglais. Beaucoup sont adressées à leur mère et d’autres à leur frères et sœurs ou parents proches. Tous savent qu’ils partent pour mourir.

P1080801

Plusieurs avions, Zéro, sont exposés, les uns repêchés en mer, d’autres entiers qui ne sont pas partis en mission. Le musée est entouré de lanternes, nous mettons un moment avant de comprendre que chaque lanterne représente un Kamikaze et que le petit bonhomme en relief, gravé sur le pied de la lanterne est en fait un aviateur. D’après ce que nous avons compris, il y a eu un millier de Kamikazes.

Dans une des boutiques contiguës au musée, après l’achat d’un paquet de thé de la région, nous avons droit à la dégustation. L’infusion est ultra rapide, moins de 30 secondes, mais le résultat est assez hard, il est très fort. Nous reprenons le bus et rentrons à notre hôtel.

Commenter cet article

Tong 09/09/2013 15:42


Merci pour ces très jolies photos.


Puis je prendre une pour mettre en page d'accueil ?


Merci beaucoup.

25/09/2013 09:22



Si vous voulez