Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De Arica a la Bolivie

Publié le par Sylvie et Gerard

 

A 10h30 Victor, le guide vient nous chercher à l’hôtel. Nous ferons le voyage avec un couple d’Italiens. Nous nous arrêtons à la sortie de la ville, au terminal agricole pour acheter des fruits et des légumes pour notre voyage.

 Et c’est parti, d’abord pour la vallée de Azapa où nous faisons escale au musée. A l’intérieur, en particulier, des momies chinchorras, les plus anciennes au monde, il y est également expliqué le processus de momification. Un peu plus tard sur le versant d’une montagne des géoglyphes, un chaman, des lamas....

 

050 Geoglyphe

 

 

051 Momie Chinchorras

Nous nous arrêtons le midi  dans un lieu « écolo-hindouiste »(Eco Truly), pour manger notre plateau végétarien ( mais très bon). Nous faisons le tour du site : 3 Chambres d’hôte, la grande habitation faisant restaurant, un sauna, un jardin …tout cela bio, et une salle de yoga.

Nous continuons l’ascension par la vallée du rio Lluta en s’arrêtant dans des petits villages comme Socoroma où se cultive sur des champs en terrasse de l’origan et des tomates. Il ne manquait que la mozzarella pour faire des pizzas.

 

055 Socoroma

 

057 Socoroma

Pour nous faire mériter le village, nous débarquons dans un virage face à une petite sente, Victor nous dit qu’il nous récupère dans une heure en bas du sentier, nous sommes sensés voir des guacanos. Le syndicat d’initiative a été pingre puisque nous voyons uniquement un guanaco et à distance, 200m. Le point positif, cela nous a entraîné à marcher en altitude, de plus le sentier est en descente, un peu pierreux donc la difficulté est mineure.

 

058 Vallee

Nous arrivons à la tombée du jour à Putre, village à 3 500 m où nous allons dormir. Victor nous dépose à l’entrée du village, en haut de la falaise qui surplombe la vallée. Une bonne surprise pour passer la nuit, une maison constituée de 3 tours en forme de cône pour les chambres et les salles de bains, et un autre espace avec cuisine et salon ( TV et fauteuils en cuir). Le tout est neuf et très bien entretenu. Par la fenêtre de la chambre, on aperçoit le coral avec les chevaux et les lamas.

Nous irons manger dans une auberge au centre du village.                   

Le guide a prévu une bouteille de vin chilien (cabernet sauvignon) de très bonne facture. On nous sert un apéro à la pêche, une entrée, un plat et un petit dessert pour finir. Avec Sylvie, nous avons pris la spécialité locale, du quinoa accompagné de pomme de terre et d’algues d’eau douce, le plat est un peu épicé et très goûteux.

L’altitude fait son effet, nous souffrons d’un petit mal de tête, mais rien de grave. Une nuit de sommeil, le petit déjeuner est servi sur place, le patron est venu nous le préparer, bon et copieux. Victor vient nous chercher à 9 heures, l’embarquement est immédiat, nous partons pour le parc Lauca.

A las Cuevas, nous voilà parti pour une petite marche, sur notre gauche se trouve un troupeau de vigognes, cela tombe bien nous partons de l’autre côté de la route, c’est le sens de la visite.

 

060 Vigognes


062 Viscache

Au premier virage, une viscache nous regarde se dorant sur une pierre, c’est une sorte de gros chinchilla de 40 cm de long avec une queue de 30cm et cela se déplace entre les rochers de façon très agile. Puis 5 ou 6 autres apparaissent et disparaissent.  Nous contournons la colline et traversons la lagune sur un pont suspendu 1m au-dessus du sol, cela remue, mais ce n’est pas très vertigineux.

 

059 Las Cuevas

Des deux côté du pont broutent deux troupeaux de vigognes, séance de photos. On repart jusqu’au lac Chungara où doivent nous attendre les flamants roses, les ibis noirs et le volcan. Pendant l’approche, nous voyons arriver des nuages sur le volcan, en arrivant au lac, 5 flamants sont au rendez-vous, des ibis en pagaille, mais le volcan semble absent, caché dans les nuages. Nous faisons un petit tour au bord de lac, la marche est difficile à 4550 mètres, en plus il commence à tomber des flocons de neige.

 

064 lac chungara


On pique-nique copieusement et rapidement, la température extérieure est assez froide et n’encourage pas au farniente.

Nous sommes au bout de notre périple, le retour se fait rapidement, c’est la descente, nous nous arrêtons aux termes de Jurasi (3700m), juste à côté de Putre, l’eau est très chaude dans la première piscine, plus de 40°, personne ne s’y baigne, je ne peux pas tenir la main dans l’eau plus de quelques secondes. Dans des bassins plus loin des personnes prennent des bains de boue, et ensuite rentrent dans 5 petites piscines naturelles.

 

070 Thermes de Jurasi


La visite se termine par la vue d’Arica du haut du Cerro Morro.

Retour à l’hôtel, demain nous retournons à Iquique pour prendre le bus pour la Bolivie.

A Iquique, sur la place se trouve un grand écran avec une centaine de chaises. Sur toutes les TV de la ville, les chaînes retransmettent en direct avec le président de la république (pas Sarko, le chilien) le sauvetage des 33 mineurs. Le grand écran est là pour ça.

 

071 President a san Jose


Le soir nous allons assister au spectacle chilien, comment transformer une catastrophe minière qui a enterré vivants, 33 personnes en show médiatique. Rien sur les conditions de travail ou de sécurité, rien sur ce qui a provoqué l’effondrement, tout sur le spectacle, la mine de San José transformé en plateau de télé. Interwiew de la femme, de l’amante ou d’un proche parent, comment était-il lorsque vous l’avez vu pour la dernière fois ? etc etc. Kolanta ou la ferme célébrité au Chili.

C’est lamentable, cela n’a pas traîné les foules sur la place, une quinzaine de personnes pour assister à la descente d’essai de la capsule, mais toutes les télés rediffusaient. Nous sommes rentrés à l’hôtel, et avec la télé en bruit de fond, nous avons regardé le sauveteur descendre et le premier mineur remonter. Il était minuit, nous nous sommes endormis.

Demain, 9 heures de bus pour la Bolivie. En arrivant au terminal de bus, on apprend que Evo Moralès va se déplacer à San José (les mineurs doivent être boliviens…)

Enfin après une traversée de 9h en grande partie sur de la piste à 3500m, et un amortisseur nécessitant réparation (de nuit au milieu de rien, avec les téléphones portables pour seul éclairage, le bus monté sur une planche et des cailloux, le chauffeur sous le bus a réparé). Le passage des postes frontières, c’est fait sans problèmes et en moins d’une heure (le bus était plein).

Arrivé à Oruro, le bus est arrêté dans les embouteillages avant la gare routière. Tout le monde descend au milieu de la circulation et les flaques d’eau (il vient d’y avoir un gros orage). Le chauffeur ouvre les coffres et descend bagages, TV LCD 40 pouces, tapis… articles achetés en zone franche d’Iquique et qui rentrent en Bolivie.

Nous apercevons des hôtels aux environs, et nous nous installons au El Lucero pour 120 bolivarios. A la TV le sauvetage des 33 mineurs.

Le lendemain, nous partons vers le centre ville, faire du change et un tour sur la place du 10 de Febrero. Assis au soleil sur un banc, nous commentons les chapeaux melon et les jupes plissées. Ici la population est à 80% andine et cela se voit dans les vêtements.

 

072 Oruro - 1


073 Oruro - 2

 

074 Oruro - 3

Nous allons avoir beaucoup de mal a mettre a jour le blog en Bolivie, le web rame

Commenter cet article