Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jusqu'à la Terre de Feu

Publié le par Sylvie et Gérard

    Nous partons à 8h de Rio Gallegos pour la terre de feu, 12 h de voyage jusqu’à Ushuaia nous attendent. Nous traversons la pampa comme d’habitude. Après une centaine de kilomètre, voici le passage de la frontière chilienne, nous subissons les formalités habituelles pour sortir de l’Argentine. Nous remontons dans le bus, le chauffeur vérifie que tout le monde est là. Pour passer la frontière chilienne qui se trouve la porte à côté, on redescend, les mystères ou les formalités. Pourquoi a t il fallut remonter dans le bus ? on ne sait pas, le tout nous a pris 1h. Encore de la pampa, mais chilienne cette fois-ci, cela change tout, et nous arrivons au bac pour traverser le détroit de Magellan. Le bateau arrive, ouvre les portes. Il se tient près du bord au moteur sans amarres, avec une petite dérive, nous montons et il recule de cent mètres afin de se réaligner sur la pente cimentée. Les voitures, les bus et les camions embarquent sans dommage. Nous traversons le détroit et la même manœuvre de l’autre côté nous permet de débarquer.
   
On repart, passage de frontière dans l’autre sens, cette fois-ci, nous quittons le Chili pour rentrer en argentine, du coup notre visa est à nouveau valable pour 3 mois. Encore un peu de pampa jusqu’à Rio Grande où nous effectuons une petite halte, histoire de renouveler quelques passagers, de la pampa à nouveau et changement de décor, nous voici dans un paysage de montagne, des sommets enneigés, une station de ski, de la neige sur le bord de la route, nous approchons d’Ushuaia.        
    Au détour d’un virage, nous voyons le canal de Beagle et sur son bord, Ushuaia, il est 20h, nous sommes arrivés. Sur le plan, nous repérons l’hostel Antartica que nous avons réservé depuis Rio Gallegos, il est à cinq quadras sur la droite et deux en face, soit environ sept cent mètres, un sac devant, un derrière, nous voilà parti, un peu de marche fait du bien après douze heures de trajet. Nous trouvons du premier coup. Une grande chambre, environ 20 mètre carré avec les toilettes et les douches à l’extérieur (200 ps).
    Lundi matin, il fait beau. Nous faisons un tour de ville en passant à l’office de tourisme qui nous donne des conseils et des plans. Sur le quai, tous les tours operators se trouvent là, nous allons au kiosque des « tres marias » qui propose une promenade sur le canal de Beagle à 15h, si le temps le permet (180 ps par personne). A l’heure dite nous embarquons sur le voilier construit à la Seyne sur mer et qui a déjà fait 4 fois la traversée de l’Antarctique. Nous sommes 8 touristes, un guide, le capitaine et son aide. Nous sommes assis à l’arrière du voilier avec un Italien. Par politesse, nous faisons connaissance : il travaille à Orange Business Service …à Milan. Madre de Dios…
    
    Nous abordons les îles Bridges, une colonie de lions des mers : el macho avec ses femelles et leur petit. Autour de jeunes mâles, encore inoffensifs …pour el macho. Sur les îlots voisins nous voyons des colonies de cormorans royaux. Nous débarquons sur l’île « H » voisine en escaladant la falaise, petit tour avec les explications de Marino sur la végétation, les oiseaux et les anciens habitants, les Yamanas. Il est bientôt l’heure de rentrer, avec les voiles. Le capitaine surveille sans cesse l’horizon où arrivent de gros nuages. Nous sommes transis par le froid et par le vent. Une heure plus tard, le capitaine repart au moteur, le ciel est complètement couvert et le vent glacial. Nous rentrons au port à 21h, nous n’avons jamais eu aussi froid…. Le soir restaurant la Cantina qui sert les araignées de mer de géantes : centollas. Nous les prenons déjà préparées accompagnées de vin blanc. A la table d’à côté, une jeune couple d’argentins va se battre avec les ciseaux pour décortiquer leur araignée.
   
    Le lendemain, nous partons en bus avec piratour (275 ps), pour aller voir les pingouins. Nous avons choisi cette agence, car c’est la seule qui permet de débarquer sur l’ile. 1h30 de bus dans la montagne et sur la piste, les paysages sont magnifiques. Nous arrivons à l’estancia Harbenton, racheté par Total, pour parfaire son image de protection de la nature. Quand on est un des plus gros pollueurs mondiaux, on protége quelques hectares de nature, pour se donner bonne conscience et surtout on le fait savoir au monde entier. C’est de la communication d’entreprise, rien que de la gueule. On est accueilli par la guide, et l’on prend un zodiac pour arriver sur la plage de l’île ou son regroupé les pingouins. Sitôt débarqué, le guide se transforme en commandante en chef, ne pas aller si prés, pas dans cette direction, ne faites pas de bruit, suivez moi, etc etc… un peu autoritaire mais avec des explications claires et précises et répondant à toutes les questions. Le tour au milieu de centaines de pingouins de magellan fut intéressant, d’un côté les pingouins, de l’autre des touffes d’herbes et au loin les montagnes enneigées, cela donnait un ensemble de toute beauté. Bien sûr, il y avait aussi, les oies sauvages, les cormorans royaux, les canards et des pingouins royaux qui se tenaient en groupe, bien droit avec les côtés du bec dorés, mais on ne va pas s’attarder sur les minorités. Retour à l’hôtel par la piste avec un arrêt photos, il est 9h, l’heure du restaurant. Nous allons dans une parilla à volonté, avec agneau grillé, viande et un buffet d’entrée et de déserts.

    Ce matin, on va réserver à Aerolinas Argentina nos billets d’avion pour rentrer lundi à Buenos Aires, nous trouvons pour 14h30 des billets à 673 ps avec Austral air. Notre retour assuré, nous partons à midi en bus regular au parc national de la terre de feu (50 ps). Une fois l’entrée du parc payée, encore 50 ps, nous nous faisons arrêter près d’un pont pour prendre la première randonnée vers la laguna negra, cela nous permet de voir la formation de la tourbe. Nous enchaînons par le mirador Lapataia, comme vous l’avez compris c’est un point de vue sur la baie Lapataia du canal Beagle, et nous descendons sur la baie.

    Le temps est magnifique, le paysage aussi. Toujours à pied nous continuons par le trail des castors, ils ont barrés la rivière sur trente mètres et cela fait un beau barrage et une retenue d’eau. Nous ne voyons pas de castors, mais un couple de renards qui traversent le barrage juste devant nous, puis nous rentrons par la route jusqu’au point de stationnement des bus, nous arrivons juste pour prendre celui de 17h. Restaurant et l’on se couche.
    Ce matin, il pleut, nous changeons le programme et nous allons faire les boutiques, les musées et ensuite un peu d’internet.

Commenter cet article

Valérie 30/11/2009 13:54


Bonjour Sylvie et Gérard! Votre blog est tout simplement magnifique! Vos photos également! J'étais en train de regarder le blog d'Atrapalo pour avoir des idées de voyage pour Noël (
http://blog.atrapalo.fr/ou-passerez-vous-lhiver-2009-2010.html) et du coup je voulais en savoir un peu plus sur la Terre de Feu! si c'etait à refaire, vous y retourneriez?
à bientôt.
Valérie