Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Yungas, la presse, l'arrivée des enfants

Publié le par Sylvie et Gérard

    Nous quittons Salta par la Ruta 9, celle qui passe dans les montagnes à la végétation tropicale.  Des lianes pendent des arbres, des orchidées recouvrent les branches. La température est passée au-dessus de 40 °. Nous nous arrêtons dans une aire de pique-nique municipale à Carmen à l’ombre sous les mûriers. Nous repartons en direction de Libertador Général San Martin, la ville proche du Parque National Calilegua où se trouvent les yungas.. Les enfants plongent dans les canaux d’irrigation des champs de tabac, les parents les regardent assis sur les chaises pliantes sur la berge, à l’ombre. Tout le monde a chaud …

    Les champs de tabac sont peu à peu remplacés par des champs de canne à sucre. Au loin les fourneaux de la raffinerie de sucre fument, dans l’air une odeur sucrée. Nous sommes arrivés. Personne dans les rues, tous les magasins sont fermés. Nous trouvons un hôtel avec air conditionné. Nous prenons une chambre pour avoir un peu de frais, la chaleur est étouffante. On branche la clim et la TV. On verra vers 20h30, l’heure d’ouverture des restaurants, si la ville s’anime.
    Quelques magasins vont s’ouvrir, mais pas de restaurant, nous prenons une pizza « especiale » en terrasse. Les habitants de la ville ont sorti leur chaise sur le trottoir, certains même y mangent. La température est inhabituelle : à 22h il doit toujours faire 40°.
    Lundi nous partons pour les Yungas, un parc à la sortie de la ville. Une piste nous amène jusqu’à l’entrée où le ranger nous explique les promenades à faire. Il fait 38°, nous nous attaquons aux plus faciles, celles qui ont peu de dénivelé. Même les arbres ont chaud, les feuilles sont toutes fripées par manque d’eau. Nous reviendrons à la voiture, trempés de transpiration. On essaie de monter plus haut, les montagnes s’élèvent à 2000 m, mais la piste est vraiment mauvaise avec beaucoup de cailloux. De toute manière, même plus haut, il fait trop chaud pour voir les animaux. Notre seule rencontre sera un iguane « à queue courte «  sur la route et deux oiseaux noirs avec des grandes plumes sur la queue entre la dinde et le paon.

    Nous rentrons à Jujuy. Nous retraversons les champs de tabac. Des ouvriers binent pour faire des tranchées par les lesquelles vont se faire l’irrigation. D’autres coupent les fleurs qui sont jetées et « cautérisent » la plante. Au nombre de champs et de bâtiments séchoirs, la culture du tabac dans la région est importante.
A 20h nous rendons la voiture.
Les préparatifs pour le festival des enfants continuent. Ce mercredi Nicole et Rafael ont rendez-vous au département de la culture pour une conférence de presse.
   
    Ce sera impressionnant le nombre de caméras et d’appareil photos. Le représentant de la  Culture fera l’introduction, Nicole enchaîne. Après la conférence, les interviews avec les journalistes se poursuivent, Nicole avec une télé, puis une radio, Rafael de son côté avec la presse écrite et la radio, Martine avec une radio. Si nous avions parlé espagnol, il aurait fallu aussi assuré. Il restera à regarder les TV et écouter les radios, en espérant que cela fera venir du monde au théâtre jeudi.

    Nous mangeons chez Mariella et Rafael et ferons connaissance de la petite dernière de la famille : Sophia. Hugo est arrivé de Cordoba, nous nous retrouverons tous au théâtre, a la magnana pour les derniers préparatifs. En fin d’après-midi, les enfants des 2 écoles arrivent, Nicole est là, pour les accueillir.

Commenter cet article

catherine 05/11/2009 20:17


bonne fête sylvie

surtout emmagasinez de la chaleur pour passer un hiver tempéré

biz 


colette et christian 05/11/2009 14:32


BONNE FETE TANTE ......
Quel dommage que vous ne parliez pas espagnol....
vous auriez pu apporter une pierre de plus à l'édifice de votre amie.

Il faudra peut-être penser à combler cette lacune, Hein GéGé....

Bisous à tous les deux et à TANTE en plus

Colette et christian