Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #argentine tag

Colonia de Sacramento ensoleillée

Publié le par Sylvie et Gérard

   Nous voilà repartis parmi les petites rues pavées ou plutôt empierrées. Les fleurs et les bougainvillées décorent les façades de pierres ou d'ocre de diverses couleurs. De ci-delà une vieille voiture semble échouée le long du trottoir, celle ci à des poissons à l'intérieur, celle là la table est mise, ou encore sert de jardinière. Aujourd'hui changement climatique, le soleil est de retour et notre équipement minimum est très bien adapté.

   Après avoir flané le long du fleuve en observant les volatiles locaux, nous finissons la journée par le traditionnel coucher de soleil.

Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée
Colonia de Sacramento ensoleillée

Voir les commentaires

Colonia de Sacramento

Publié le par Sylvie et Gérard

   Nous voilà partis de bon matin, en laissant nos bagages à Buenos aires, en direction de Puerto Madero et le quai d'embarquement de la Buquebus pour l'Uruguay.

  Trois quart d'heure de marche et nous voici, dans le hall, nous avons 2 heures d'avance, il y a les opérations d'enregistrement et de douane à passer. Contrôle des bagages par scanner, la préposée discute avec son collègue en tournant le dos à l'écran, nous n'avons donc rien à déclarer. Nous passons dans la foulée la police argentine pour sortir du pays et dans la même cabine la police uruguayenne, voilà nous sommes en règle.

  La traversée du Rio de la Plata dure 1h, bateau rapide oblige.

  Sitôt débarqués, nous nous dirigeons vers notre réservation hôtelière. 1,1 km, les bagages étant au minimum, nos deux petits sacs à dos sur les épaules, le trajet fut bref. Nous arrivons à la Posada de la Flor, avec le GPS du premier coup. Nous faisons chanter la carte bleue en dollars, 170 dollars US pour deux nuits. C'est les derniers jours pas de privation, l'hôtel est agréable avec un patio plein de charme et de fleurs. Nous ressortons faire le tour du quartier et nous restaurer, la patronne de la Posada nous a indiquer un restaurant avec poissons pour changer de la viande. Les plats sont excellents et copieux, pour payer pas de problème la note est en pesos uruguayens, argentins, dollars US et en reals brésiliens, il suffit de choisir sa devise.

  Nous faisons le tour de la vieille ville, le soleil est derrière les nuages et la température est fraiche, nous n'avons pas de veste, juste les tee-shirts, nous voyageons un peu trop léger!

Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento
Colonia de Sacramento

Voir les commentaires

Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires

Publié le par Sylvie et Gérard

   En redescendant de Tilcara, nous nous arrêtons à Volcan, à l'ancienne gare ferroviaire qui est maintenant un centre d'artisanat local. Chaque fois que nous passons nous achetons quelques babioles pour soutenir et maintenir une activité artisanale dans ces petits villages de la Quebrada.

   Le soir nous mangeons avec Nicole à Jujuy dans un resto bio, la Terra Madre, elle ne connaissait pas. Pendant ce temps Rafael et Thérèse répètent avec une chanteuse et l'ingénieur du son pour leur CD.

   Nous prenons le bus direction Buenos Aires à 14h le lendemain, le rendez vous est pris pour boire un verre tous les cinq. Nicole nous accompagne à la gare routière, Rafael et Thérèse retourne aux répétitions. Après 21h de bus sans incident, nous voilà arrivés à Buenos Aires.

  Une nuit de récupération, les voyages fatiguent un peu nos carcasses. Nous allons sur San Telmo au marché des artisans et des antiquaires du dimanche. En arrivant à la place de mai, non seulement les jacarandas sont parés de leurs belles fleurs violettes, mais une horde de cuisiniers de l'école hôtelière, parainnée par tous les restaurants de pizza et d'empanadas de la ville veulent battre le record de la plus longue pizza. Les balustrades et les tables sont déjà installées, il en ont déjà fait 150 mètres à notre passage. La cuisson se fait en continue après l'élaboration de la pâte et la mise en place des différents ingrédients. A notre second passage ils en ont fait 400 mètres, nous ne savons pas si le record fut battu, mais la découpe et la dégustation allait bon train.

  Plusieurs groupes de jeunes artistes, décorent les murs, les portes, les plaques d'égouts, enfin un peu tout, par des slogans posés lettres par lettres, ou par des assemblages de petits morceaux de papiers, un travail énorme, surtout des filles sont à l'oeuvre. Un petit tour au restaurant, le steak de Sylvie était parfait, moi j'avais pris des travers de cotes de boeuf espéciales avait dit le serveur, enfin j'ai trouvé qu'ils était non seulement chers mais en plus plein de nerfs, la viande mal découpée etc, l'arnaque à touriste.

  Le café et le flan maison du café de los Angelos près de Congreso lui a été à la hauteur de la réputation.

   Demain nous prenons le bateau pour Colonia del Sacramento en Uruguay.

 

Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires
Volcan, puis Jujuy et Buenos Aires

Voir les commentaires

Retour à Tilcara

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous quittons la Quiaca pour descendre la Quebrada jusqu'à Tilcara.

Nous revoyons les mêmes paysages, le mêmes animaux. En début d'après midi, nous posons les sac au Patio Alto (1100 pesos) sur les hauteurs de Tilcara.

Nous nous baladons dans les ruines du Pucara (100 pesos par personne), profitant des cactus en fleurs. Nous remarquons qu'ils sont entrain de mourrir, étouffés sans doute par des plantes parasites.

Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara
Retour à Tilcara

Voir les commentaires

Yavi

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous n'irons pas à Cusi Cusi voir la Vallée de la Lune, plus de 120 km de pistes, c'est trop loin et trop fatiguant. Nous allons donc à 15 km revisiter le petit village aborigène de Yavi. Nous ne reconnaissons plus rien, il semble que les maisons en adobe ne soient que des hôtels pour les touristes et que les habitants construisent des maisons en parpaings...C'est le bicentenaire de la libération ( 15 novembre 1815 ), les officiels sont présents ainsi que les écoles : hymne national et régional, minutes de silence, discours. Une fresque est dévoilée.

Nous visitons la petite église du 17e, puis faisons le tour du village. Un panneau nous indique le chemin des peintures rupestres. Il sort du village et longe des falaises : nous voyons des tags très contemporains ainsi que des bouteilles de bière vides sur la paroi et dans les petites grottes, mais rien de pré-colombien!

A quelques km de piste un autre village aborigène, Yavi Chico, quelques maisons dans une vallée entourée de falaises de western.

La Laguna Colarado n'est pas très loin. A cette époque nous la trouvons à sec. Là aussi, il devrait y avoir des pétroglyphes, mais  sans indication, impossible de trouver. Quelques vigognes divaguent, au loin un nouveau couple de suris.

Nous rentrons à l'hôtel en milieu d'après-midi, le restaurant continue de servir, nous nous attablons devant une bière et du poulet.

Demain nous redescendons la Quebrada.

Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi
Yavi

Voir les commentaires

Jusqu'à la frontière bolivienne

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous avons prévu de monter jusqu'à la Bolivie. C'est donc parti pour continuer la route plus au nord. A partir d'Abra Pampa, de grandes fermes d'élevage. C'est à dire une petite maison en adobe avec son four et des enclos de centaines de lamas. Il y en a même une avec lamas, moutons et vaches. Nous voisinons les 3500 m, au loin les sommets sont enneigés.

Arrivés à la Quaica, la ville frontière, nous posons les sacs et cherchons la piste pour Santa Catalina, à une soixantaine de kilomètres. Une très bonne piste en "rupio". Tout le long des enclos à lamas et s'y promenant quelques troupeaux de vigognes. Santa Catalina est un petit village à 3800m d'altitude avec sa petite église blanche ( des travaux sur la route ne nous permettent pas de la visiter ). Il nous faut de là trouver la piste qui mène au Filo del Angosto, quinze km plus loin. C'est une vue sur la vallée et les montagnes environnantes. Arrivés au col, nous avons continuer sur une centaines de mètres la piste qui descend dans la vallée, elle est à flanc de montagne avec un a pic impressionnant, aucune possibilité de faire demi-tour, elle est très étroite, donc nous faisons marche arrière, assez périlleux, il faut aimer, Sylvie sert de guide pour la manoeuvre. Retour au carrefour des pistes, nous descendons à pied d'une centaine de mètres jusqu'à un surplomb pour la photo. Hélas, l'après-midi c'est en contrejour! La petite remontée vers la voiture va nous couper le souffle : nous sommes de nouveau à 4000m.

Retour à la Quaica par les mêmes pistes. Au loin dans un enclos avec les lamas, des vigognes et un couple de "suris" ( petites autruches ). C'est la première fois que nous en apercevons dans le nord de l'Argentine. Ici les vigognes viennent paitre au bord des villages, mais si un humain apparaît ( un touriste compris ), c'est la débandade.

Fin d'après midi, la voiture est jaune, nous les yeux sont rouges et le nez plein de poussière et nous sommes de retour à l'hôtel!

Lamas, vigognes et suris
Lamas, vigognes et suris
Lamas, vigognes et suris

Lamas, vigognes et suris

Humahuaca et ses environs
Humahuaca et ses environs
Humahuaca et ses environs
Humahuaca et ses environs

Humahuaca et ses environs

Jusqu'à la frontière bolivienne
Jusqu'à la frontière bolivienne
Jusqu'à la frontière bolivienne
Jusqu'à la frontière bolivienne
Jusqu'à la frontière bolivienne
Vue du Filo del Angusto
Vue du Filo del Angusto
Vue du Filo del Angusto
Vue du Filo del Angusto
Vue du Filo del Angusto

Vue du Filo del Angusto

Voir les commentaires

Iruya

Publié le par Sylvie et Gérard

De Humahuaca jusqu'à Iruya, c'est 70 km, 20 de route et 50 de piste. Nous montons le col à 4000 mètres par une série de lacets et ensuite nous redescendons par une autre série de virages de 1200 mètres. La piste se pratique sans aucun problème avec une voiture de tourisme, il suffit de prendre son temps, elle n'est pas très large mais les croisements sont faciles.

Le village est partagé en deux par la rivière, nous pouvons facilement accéder aux deux parties par un petit pont piéton, petit par la largeur. En véhicule il y a un premier gué, 10 cm maxi de profondeur pour accéder à la rive gauche puis un second moins profond pour revenir sur la rive droite.

Le long de la route de jolies fermes et beaucoup d'animaux, vaches, lamas, vigognes, bourricots, etc.

En arrivant jolie vue sur l'église jaune et la falaise. Les cars tournent sur la place en face de l'église où les passagers attendent patiemment le prochain départ, sur la gauche les européens ou assimilés sur la droite les autochtones. Plusieurs restaurants ou gargotes longent la rue, nous avons aussi vu trois hôtels. Nous avons pris un petit encas, tarte au quinoa et salade maison, en désert du fromage avec du dulche de mambrillo. Dans les rues la chaleur est torride, tout le monde longe les murs et les animaux cherchent l'ombre.

Sur le chemin du retour, au col, nous voyons arriver des cyclistes, fiers de leur performance!

Les photos sont un peu en désordre, la transmission a été difficile.

Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya
Iruya

Voir les commentaires

Salar Grande, Tilcara, Humahuaca

Publié le par Sylvie et Gérard

   Le festival fini, nous redescendons avec Marie Paule et Daniel vers la Quebrada. En passant aux Salinas Grande, nous nous arrêtons et payons la visite 200 pesos. Une jeune fille de Tres Posos, nous accompagne, elle fait parti de la coopérative qui exploite le sel, la coop ne veut pas de l'exploitation du lithium sur le site, car les compagnies internationales qui convoitent le salar, polluent tout l'environnement et notamment l'eau et les nappes phréatiques. Il pleut rarement sur la Puna et ils veulent garder le peu d'eau qu'ils ont. Nous lui racontons que nous venons du festival des niños de la Puna et que des élèves de son village y étaient présent. Nous lui montrons les photos du groupe, elle les connait. Les grands sont du collège et les deux petits qui chantent sont de l'école primaire, ils sont ses neveux.

  La  visite continue par un endroit que nous ne connaissions pas, des résurgences d'eau douce, ici la couverture de sel est fragile, il faut faire attention ou nous marchons et la suivons en file indienne. Des trous de ci de là et de toutes tailles font apparaitre l'eau avec des petites bulles, c'est l'arrivée de sources. La visite méritait bien 200 pesos.

  Nous redescendons la cote de Lipan, franchissons les esses sans problème. Nous sommes dans ls nuages et il pleut, plus aucune visibilité! Nous traversons Pumamarca, sans visiter . Nous apercevons le paseo de los colorados à une centaine de mètres. Nous l'avons déjà visité à pied, à voiture, à nouveau à pied et nous voulons réserver un hôtel à Tilkara, alors pas de temps à perdre.

  Tilkara est en travaux, Nous arrivons plusieurs fois sur un cul de sac, les ouvriers nous font faire demi tour, enfin nous passons devant l'hôtel La Posada con los Angeles que nous avions repérer, c'est un peu cher ( dit l'Auvergnat ) 1080 pesos, mais le rapport qualité prix est là. Joli bâtiment en pierre rose, une cour pour la voiture, les chambres confortables et spacieuses donnent sur un jardin verdoyant. Nous prenons deux chambres.

   Repas en ville au Nuevo Progreso, de qualité. Le lendemain matin nous nous séparons, Marie Paule et Daniel vont réserver leur bus pour la Bolivie pour demain et ensuite iront visiter les ruines. Nous, nous partons à Humahuaca. Nous déposons nos sacs à l'hôtel La Posada El Solar de la Quebrada à 2120 pesos pour deux nuits. Nous repartons aussi tôt pour prendre la piste qui mène à 4130 m au cerro de los 14 colores. Nous nous garons face au panorama, les nuages arrivent avec le grésil. Ca caille, mais nous attendons tranquillement et au chaud l'éclaircie qui nous permettra de prendre des photos. Sur une crête, des vigognes regardent le spectacle des touristes prenant des photos, mais sans s'approcher!

Nous retournons à Humahuaca. Les ruelles sont comme toujours désertes. Nous avons du mal à trouver un restaurant. Nous rentrons finalement à Aisito, petit resto de cuisine locale, très bon. 

Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca
Salar Grande, Tilcara, Humahuaca

Voir les commentaires

Le festival des niños de la Puna

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous rejoignons donc Nicole chez Gustavo. L’équipe de l’association se regroupe petit à petit au fil du temps. Nous faisons connaissance autour d’une Bière Guilmes.

Nous préparons 200 goûters  pour les élèves des 10 écoles prévues. Puis nous préparons la même quantité de sachets repas, nous les compléterons demain avec  les sandwichs.

Nous avons matinée libre et nous en profitons avec toute l’équipe  pour visiter un site précolombien avec des pétroglyphes et des gravures. Cela ce trouve à Los Barancas à 40 km de Susques dont la moitié par la piste.

            Arrivés au village nous abordons un quidam qui se trouve être une personne de la municipalité. Il nous dit qu’il va qui voir avec un guide. Au bout d’un certain temps il nous dit que le guide nous attend sur place en moto.  Un deuxième temps se passe, le soleil est de plomb, le village désert, le monsieur de la municipalité nous tient compagnie. Nous rasons les murs pour chercher l’ombre, l’heure avance et il ne se passe toujours rien, nous envisageons d’annuler la visite, car nous devons tous manger avec Nicole.

Enfin nous embarquons avec le Monsieur, il nous dirige par une piste ou nous voyons notre guide qui nous attend. Il nous précise que la visite dure 2h, nous lui précisons qu’il va falloir qu’il la restreigne à 1h, Nous ne disposons de pas plus de temps. Il nous annonce que le prix est de 80 pesos par personne quelque soit le temps passé.

            Il nous emmène dans les rochers face à une paroi et nous montre les premières gravure de lama, puis les peinture, puis à nouveau des gravures ensuite une carte à trois niveaux de gravures, les limites, les animaux et la rivière avec le chemin. Ensuite d’autres gravures puis peintures, déjà 1h10, nous lui disons que nous devons partir, il nous propose une dernière qui est très jolie, puis une toute dernière.

            Il nous dit qu’il y en a encore de nombreuses sur 2km. Nous remercions et le quittons, retour à Susques il est 14H15, c’est encore l’heure du repas en Argentine.

           Nous préparons la salle, arrive 19h tout est prêt, le festival peut commencer, la fresque est installée, l’éclairage et la sono fonctionne, la vidéo est installée. Il ne manque plus que les écoles et les spectateurs.

           20h30, la salle se remplit, nous pouvons commencer. Présentation du festival, discours des personnalités, les 10 écoles font leur spectacle.  La soirée est réussie, à partir de minuit, les premiers spectateurs désertent, 1h c’est fini, la salle est vide nous rentrons les chaises à l’école, démontons les décors, rangeons tout, puis nous allons prendre une petite collation chez Gustavo. 3h nous regagnons notre chambre.

Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna
Le festival des niños de la Puna

Voir les commentaires

De Jujuy à Susques

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous résidons à la posada El Arribo à Jujuy, une ancienne batisse bourgeoise pleine de charme avec deux patios et une petite piscine à 1280 pesos la nuit, payée carte visa. Sitôt la voiture réceptionnée avec un peu de retard (une ford ecosport à 1950 pesos par jour) à l'agence Roya toujours carte visa ce qui entraine un surcout de 10% , mais nous voulons économiser nos euros en liquide pour ne pas être juste pour la fin du voyage, nous partons chez Rafael. Therese et lui nous accompagnent à Susques pour le festival. Nous attendons 1h 30 à l'ombre devant chez lui, ils ont en effet accompagnés le papa de Rafael à l'hôpital pour se faire opérer de la cataracte. Nous partons une fois les bagages chargés. Comme d'habitude stop à Pumamarca pour nous restaurer et commencer l'adaptation à l'altitude. Un petit tour du village et de sa place centrale où se trouvent les petits commerçants avec leurs poupettes en tissus et leurs toiles aux couleurs chatoyantes. Une fois le café pris, nous montons la côte de Lipan jusqu'à 4170 mètres puis redescendons à 3900 mètres pour arrivés au "salar grande". Nous voulons rouler sur le salar et aller voir l'extraction du sel et là surprise l'entrée est payante (200 pesos par voiture avec un guide). L'explication officielle étant que la zone est dangereuse. Une crise de radinerie auvergnate me traverse à ce moment là, nous continuons notre chemin jusqu'à Susques  en rencontrant les animaux locaux vivant sur la puna (lamas, vigognes, ânes). Nous retrouvons Nicole à "La Vicuna" chez Augusto.

De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques
De Jujuy à Susques

Il est 7 heures Humahuaca s'éveille, il est impossible de continuer de charger les photos, la suite viendra une autre nuit.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>