Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #usa tag

D'Albuquerque à Flagstaff

Publié le par Sylvie et Gérard

Après les ballons, et avant de quitter Albuquerque, nous visitons la vieille ville, très touristique. Dans une galerie de peinture indienne Sylvie se fait brancher par le patron qui reconnait à son accent qu'elle est française, lui est de Bordeaux et sa soeur habite à Sausset, un bavard pas possible. Il est installé aux Etats Unis depuis 30 ans. Arrive ensuite un petit vieux qui est aussi français mais encore plus bavard que le premier. Il nous racconte sa vie, ancien tireur d'élite au GIGN, les forces spéciales, mais il est contre la possession d'armes. Son petit fils a bu trop de tequilla hier soir et est rentré en taxi, il doit maintenant l'accompagner pour récupérer sa voiture. Sa femme indienne Sioux, ancienne juge fédérale souffre maintenant d'alzeimer et est hospitalisée. Il nous a raconté les 2 mariages, indien puis normand. Ensuite l'artiste indien copropriétaire de la galerie arrive, il décrit ses oeuvres à des acheteurs potentiels. Puis il vient vers nous pour dédicacer ses cartes postales, il parle un peu français, au bout d'une heure nous arrivons à partir, le papi doit vraiment accompagner son petit fils qui a trop bu de tequilla, je l'ai déjà raconté, ah bon...N'empèche, les peintures de danseurs et danseuses indiens étaient très jolies!

Nous continuons notre visite du vieil Albuquerque en faisant un stop pour manger des tacos entre 2 averses. Devant la petite église en adobe, des mariachis locaux distraient les touristes, ayayayaille....Nous prenons en début d'après-midi la route pour Gallup entre pluie et soleil, ce qui nous gratifie d'un joli arc en ciel.

Nuit à l'hôtel à Gallup, entre la highway, la ligne de chemin de fer et le terrain d'aviation : mais fatigués nous avons dormi. Ce matin nous faisons un petit tronçon de la route historique 66 dans Gallup, les vieux hotels dont El Rancho, le trading post. Le tour dans le trading post impressionne Sylvie, des turquoises sur des colliers, des bagues, des ceintures, toutes plus grosses les unes que les autres. Des fusils sur les rateliers à partir de 150 dollars, des selles de cheval en cuir décorées à 950 dollars. Malgré le nombre Sylvie ne trouve pas son affaire parmi les bagues. Nous avons donc momentanemment fait des économies.

Puis nous reprenons la route, juste avant Flagstaff. Nous visitons Walnut Canyon, avec ses maisons troglodytes dans les falaises. Nous descendons et faisons le tour de l'ile, 240 marches à descendre et ensuite un peu de dénivelé, on se tape le tour de la colline le long des maisons et chemin inverse nous remontons. Les corbeaux en bandes organisées attentent qu'un touriste chute pour s'en rassasier! Il pleut depuis ce matin par intermitence, notre ballade se situe juste dans une acalmie, puis s'est reparti jusqu'à Flagstaff. 

Nous prenons posséssions du motel et partons en ville se taper la cloche dans une brasserie, le décor est trés bien réussi, mieux que la bière qui est très amère, la pizza est bonne et assez originale. La ballade dans le centre historique va vite se terminer, il va tomber des trombes d'eau.

 

 

D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff
D'Albuquerque à Flagstaff

Voir les commentaires

Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque

Publié le par Sylvie et Gérard

Réveil à 5h. Nous partons prendre le bus vers 5h45, le parking est déjà plein, on nous offre le café et nous montons dans la foulée, les bus partent les uns derrière les autres, l'organisation est parfaite.

Arrivé sur le park de la fiesta, tous les départs de bus sont affichés pas de problème pour le retour et pour retrouver le bon bus car les bus school se ressemblent tous, un joli jaune canari.

Il y a beaucoup de visiteurs, Il y a une grande allée avec des stands, les allées sont noires de monde mais les ballons sont encore tous dans les pickups, seuls 7 sont en train de se gonfler, tous les autres pilotes regardent le ciel. Il est très nuageux et il menace de pleuvoir. Nous attendons et passons entre les visiteurs et les camionnettes. Je vais aux renseignements et vais voir un monsieur qui semble être un propriétaire de ballon. Je lui demande si c'est à cause du risque de pluie que personne ne se prépare, il me répond par la négative et m'explique que le manque de vent est très dangereux, car les ballons vont partir à la vertical et redescendre sur la foule, donc l'organisation ne donne pas le départ des festivités, tout le monde est bloqué au sol. Ils attendent qu'une petite brise veuille bien se lever, pour se mettre en action.

8h avec une heure de retard, un ballon est lâché, il monte sous les applaudissements, déploie le drapeau américain, c'est le signal, les festivités commencent. Les toiles sortent des sacs et sont étendues en ligne sur plusieurs rangées, elles sont attachées aux nacelles, puis les ventilateurs entre en jeux pour commencer à les gonfler, pour les mettre verticales les bruleurs sont actionnés.

Le jour est maintenant bien là, mais le ciel est toujours nuageux, les couleurs seront un peu moins éclatantes. Le vent emmène les ballons vers le soleil levant, nous sommes bons pour le contre jour, nous allons faire avec.

Nous passons de ballons en ballons, regardons les techniques de gonflage, puis l'attente du départ, chaque ballon doit avoir l'autorisation pour décoller pour éviter les collisions, les commissaires en noir et blanc zébrés armés d'un sifflet, écartent les visiteurs, font placer le ballon au bon endroit et donne le départ. Les envols s'enchainent sur plusieurs lignes, il y en a partout, nous ne savons plus où donner des yeux, demain c'est le torticolis assuré, la tête toujours à droite ou à gauche, en haut ou en bas!

Pendant une heure et demi, les ballons s'envolent. Ils en restent encore une trentaine au sol, nous décidons de partir rejoindre notre bus.

Nous n'avons pas fait le check out pour la chambre, l'office n'était pas encore ouverte.

Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque
Au coeur de la Balloon's Fiesta d' Albuquerque

Voir les commentaires

Albuquerque des ballons

Publié le par Sylvie et Gérard

Aujourd'hui commence la fiesta des ballons, jour de la saint Gérard, (bonne fête à tous les Gérard, voilà une belle chose de faite). Tous les hôtels sont pleins, nous avons réservé les nôtres il y a un mois, deux différents nous n'avons pas pu avoir deux nuits dans le même.

Pour se rendre sur le site, soit en voiture perso et c'est l'embouteillage assuré, soit des bus navette de 5 lieux de départ différents. Ce matin c'est la journée repérage, comment prenons nous le bus, ou, à quelle heure. D'après la notice les premiers bus sont à 4h30 du mat et s'arrête à 7h30, puis reprennent à 15h30 jusqu'à 18h30.

Les ballons ne décollent que le matin, à 7h30 le samedi et le dimanche. Nous avons opté pour le dimanche. Nous regardons d'abord de la chambre de l'hôtel, puis vers les 8h, nous nous rapprochons et nous garons sur la bretelle de l'autoroute, des flics partout qui bloquent les accès au park. Des bus jaunes de ramassages scolaires en file ininterrompu, la police nous dévie et nous fait faire demi tour.

Il y a des ballons partout, plus de cent d'après la pub de l'événement. Ils apparaissent dans le ciel, dans les propriétés, au-dessus des toits, sur les parkings des magasins, les jardins, tous les endroits sont bons pour l'atterrissage. Nous en voyons de toutes formes et de toutes les couleurs, et certains nous survolent de près sur la bretelle de l'autoroute. Iils descendent un peu trop et hop un coup de gaz et ça remonte pour une autre tentative de pose.

Après autour du site c'est la valse des pickups, qui ramènent, les panières, les bruleurs, le ballon et les pilotes.

Nous changeons de direction et allons au musée des Pueblos. Dans la cour, une cinquantaine de stands d'artisanat indiens se partage l'espace avec une piste de danse. Les spectacles se déroulent en continue, nous regardons les danseuses Zunis.

Nous avons manqué essayer le restaurant, la liste d'attente était de 2h, nous nous sommes sustentés avec du pain frit indien, une sorte de grands beignets, un peu gras mais bon comme un chichi.

Il est 15h, vite sur le parking de départ des bus à 6km du musée, mais à 4mn de l'hôtel.

A 15h30 nous avons les billets, pour demain matin à l'aube, enfin avant l'aube.

Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons
Albuquerque des ballons

Voir les commentaires

Painted Desert et Petrified Forest

Publié le par Sylvie et Gérard

L'objectif du jour, c'est de rallier Albuquerque, mais avant il est prévu de visiter painted désert et petrified forest, que nous avions déjà vu et beaucoup aimé.

Le soleil est au rendez vous et la température est clémente 83°F, par contre le vent est un peu violent. Nous attaquons par le rim, corniche d'un volcan. Nous ne pouvons pas descendre dans la plaine, nous regardons donc de haut les différentes couleurs. Nous croisons ensuite l'historique route 66, qui a disparu sur ce tronçon. Il reste la ligne téléphonique, une vieille voiture et une plaque, sinon pour ceux qui veulent rallier Chicago à Los Angeles il faut passer par la highway 40 à cet endroit là.

Nous voyons aussi quelques vieux petroglyphes indiens. Nous arrivons à blue mesa, et descendons faire une petite marche entre les arbres pétrifiés et les collines multicolores. Un régal pour les yeux, des ocres, des gris foncés, des gris bleutés des blancs, des noirs, des couleurs sous toutes les nuances, et en plus pour faire les premiers plans des tronçons d'arbres avec des couleurs dignes de toutes les bijouteries. Sur le parking, les volatils locaux, les choucas, nettoient les pare-chocs et les calandres des insectes imprudents qui sont venus se fracasser dessus.

Notre ballade terminée, nous remontons et allons à Jasper et Chrystal Forest où l'on trouve les plus grands et les plus gros arbres pétrifiés en nombre. Des milliers de buches jonchent le sol, à chacun la sienne. Sylvie a bien essayé de faire son choix mais il est interdit de les ramasser. A la sortie du parc, il est même écrit qu'il y a fouille de la voiture...menace? Nous on nous fait signe de passer.

Après 4h passées dans le parc, on se commande une salade de poulet à côté du visitors'center : nous devons maintenant rouler 200 miles jusqu'à Albuquerque.

Nous arrivons au motel vers 18h30. L'accueil nous fournit une doc sur la balloon'fiesta. Demain on verra comment se rendre sur place.

Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest
Painted Desert et Petrified Forest

Voir les commentaires

Canyon de Chelly

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous profitons de l'hôtel, il faut bien amortir nos dollars et en plus il est bien. Les dernières mises à jour sont faites, l'article du bloc rédigé et envoyé après le choix rapide des photos.

Nous partons direction Canyon de Chelly, par la 191, c'est le parc-étape que nous avons placé sur notre itinéraire. Nous y sommes déjà rendu en 96, il nous avez laissé un excellent souvenir.

En repassant devant Mexican Hat, nous faisons un petit détour pour essayer de capter un meilleur éclairage. Nous sommes en plein pays Navajo, à la pompe à essence, au super market personne ne te regarde dans les yeux. Le long de la route, nous voyons leurs habitations, cela fait plutôt pauvre, des constructions de bric et de broc, les vieilles voitures abandonnées derrière la maison et le hogan sur le côté, des en terre sèche à l'ancienne, mais surtout des plus modernes, constructions de bois rondes.

Nous arrivons à Canyon de Chelly, nous passons par le visitor center qui nous signale que les seuls tours autorisés en individuel sont les deux rims, sur le haut du canyon. Nous ne pouvons plus marcher dans la pâture et le sable du canyon qu'accompagné d'un ranger ou d'un guide Navajo. La seule balade autorisée est la descente pour aller jusqu'aux ruines dans la falaise. Nous n'avons pas eu d'autres explications pour faire une randonnée dans le canyon. Nous avons vu un tour opérateur en 4X4, sans personne. Il faut s'inscrire à l'avance pour avoir un guide Navajo et posséder un 4X4.

Déçus nous partons sur le côté sud, pour avoir le meilleur ensoleillement, nous prenons quelques clichés, allons jusqu'au point de vue des ruines (White House), et quittons le site.

Arrivés à l'embranchement de la highway 40, nous partons dans le mauvais sens, et rattrapons vite notre erreur, sorti au premier pont, consultation de la carte sur la tablette, Ipad pour ne pas faire de publicité, et faisons demi tour. Nous sommes à Holbrook, où nous allons dormir.

Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly
Canyon de Chelly

Voir les commentaires

Monument Valley

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous quittons Moab, pliage de la tente, tout rentre encore dans le coffre, moins une chaise, elle s'est effondrée hier sous mon poids, la qualité chinoise au USA ce n'est plus ça.

En passant nous faisons un détour par d'autres points de vue de Canyonlands, les Needles, c'est grand, profond, découpé mais le Colorado est encore à des kilomètres, on ne voit pas pas la Green River, ni la confluence. Nous aurions aimé une vue au dessus de la rivière mais la nature et le visitor'center ne nous le permettent pas. Au bord du chemin encore une arche (Wilson Arch), nous immortalisons l'instant, une dernière pour la route.

Un peu plus haut, nous entrons de nouveau dans les Needles pour admirer le newspaper rock , il ne devait pas sortir tous les jours gravé dans la roche!

A 20 miles de Monument Valley à Mexican Hat, nous allons tirer notre casquette au chapeau et voyons un motel vacancy, ne soyons pas trop gourmand, nous prenons une chambre 160 dollars tout de même, ici prés du site tout est cher et rare.

Après la dépose du sac, en avant pour Monument Valley, depuis 1977 et 1996 rien ne semble avoir changé, les rochers sont toujours là, par contre à l'entrée du site un énorme complexe touristico-commercial trône à côté d'une série de petites cabanes appelées lodges avec vue sur les rochers ( assez bien intégré et pratique, distributeur de boissons, water, eau courante, le confort moderne).

Nous prenons la piste avec la voiture, en concurrence avec les minicars décapotables remplis de touristes. Les gros bus ne peuvent pas circuler sur la piste, donc tous les passagers sont transférés dans ces minibus et aussi les particuliers qui ont peur d'abimer leur joli véhicule.

Le soleil va et vient derrière les nuages, nous nous en accommodons tout l'après midi, soit la lumière est correct soit tout est terne. Météo USA a prévu le coucher du soleil à 19H05. tout le long du complexe, des centaines d'appareils attendent le moment idéal pour déclencher et faire la photo du siècle ou non. A 18h45 un gros nuage passe devant, plus de lumière, le ciel n'est même pas irisé, découragé nous partons.

Au dernier moment, le nuage dégage et une jolie lumière s'installe, nous sommes sur la route et prenons les dernières photos sur un terre plein, Sylvie dit sous la contrainte car elle ne trouve pas le coucher de soleil terrible, moins beau que sur notre balcon en automne.

Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley
Monument Valley

Voir les commentaires

Canyonland

Publié le par Sylvie et Gérard

De Moab, d'un côté c'est Arch de l'autre Canyonland. Le Colorado peut se voir d'en haut ou d'en bas. C'est le principe du canyon, certains bords sont beaucoup plus haut que d'autres. Nous commençons par le haut, l'éclairage n'est pas terrible et même en se penchant nous avons du mal à apercevoir le Colorado ou la Green River. Soit elles sont trop basses, soit le bord n'est pas assez près, la vision n'est pas à notre gout. Nous passons d'un point de vue à l'autre, rien n'y change. Alors nous allons voir Mesa Arche et nous décidons de voir ce que cela donne par le bas. Nous longeons le Colorado dans le canyon, nous y trouvons pèle mêle des jeunes et des moins jeunes qui escaladent les parois, des pétroglyphes gravés et dessinés par les indiens et datant du 1er au 13ème siècle, une usine de phosphate avec une épaisse fumée et sa voie ferrée, une route non goudronnée et une sorte de marais salant et aussi le Colorado qui serpente entre les parois plus ou moins resserrées.

Nous rejoignons notre camping préféré, après un tour au super market, nous composons notre salade au buffet, et prenons aussi 2 tranches de saumon, c'est le repas du soir. Diner aux chandelles celles-ci étant remplacées par les leds de la lampe.

Alors que je suis aux toilettes une alarme se déclenche, en retournant à notre emplacement je m'aperçois que c'est notre Dodge, phares allumés, klaxon à fond, Sylvie monte la garde et un voisin motard installé sur le siège met le contact, démarre, arête, remet les clés, essaie sans succès d'arrêter l'engin. Rien n'y fait, je le remplace au volant, redémarre la voiture, le vacarme continu, je met la voiture en prise et fait quelques centimètres, le vacarme cesse. Le motard me demande ce que j'ai fait, je lui explique et nous restons dubitatifs. Maintenant c'est sur, tout le camping est au courant que nous avons une super alarme difficile à maitriser.

Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland
Canyonland

Voir les commentaires

Arches national Park Moab 2ème

Publié le par Sylvie et Gérard

Nouvelle journée dans les dédales de Arch, nous essayons d'en voir des nouvelles, c'est facile il y en a plein partout, il suffit de regarder sur le plan. Nous commençons par double arch facile à reconnaitre il y en a deux l'une à côté de l'autre en diagonale, puis un tour de voiture et c'est devils garden. Là nous suivons la file des randonneurs : tunnel arch, pine tree arch puis landscape arch. On lache la randonnée et faisons demi tour. Sur le plateau, après une petite grimpette il y a double O. Nous avions déjà fait ce chemin, il y a presque 20 ans, nous étions seuls sur un petit sentier . Maintenant c'est goudronné, bien balisé, on ne risque pas de se perdre!

2h de l'après midi, nous arrêtons momentanément la visite, sortons du parc et trouvons un restaurant mexicain, pour moi une variante de chili con carne, pour Sylvie un burritos avec des morceaux de steaks à l'intérieur. Nous sortons repus, la digestion va s'avérer difficile sur les rives du Colorado où nous poursuivons notre promenade avec un arrêt par Castle Valley.

Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème
Arches national Park Moab 2ème

Voir les commentaires

Arches national Park Moab

Publié le par Sylvie et Gérard

Partis de bon matin, nous sommes à pied d'oeuvre pour trouver un camping. Nous nous arrêtons à l'entrée de la ville de Moab, juste après la route pour le parc. Camping luxe, piscine, ombre, elle est la bien venue, emplacement un peu riquiqui, Wifi, douche, électricité dans les douches, le confort après celui de Yellowstone.

Après l'installation, nous débarquons à midi au parc au plus fort de la chaleur, première rando entre les roches découpées à souhait en couleur ocre. Puis une deuxième pour voir les windows et enfin la troisième pour admirer delicat arche. Assoiffés nous allons faire un tour en ville avant la nuit.

L'article est terminé, car Sylvie me harcèle pour que nous partions tôt ce matin avant les chaleurs, il est 7h30. Dure la vie de retraité en vacances.

Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab
Arches national Park Moab

Voir les commentaires

Antelope Island

Publié le par Sylvie et Gérard

Aller à Salt Lake City, sans voir le Grand Lac Salé serait une hérésie surtout en pays Mormon.

Nous allons donc à Antelope Island en passant par Syracuse où se trouve la digue reliant le continent à l'ile centrale du lac salé.

Déjà sur la digue nous avons un aperçu du milieu, une odeur un peu fétide comme quelquefois en Camargue lorsque l'on longe les marais. Ici pas de moustiques, mais des petites mouches qui pénètrent en nombre à l'intérieur de la voiture lors du premier arrêt. Sur les photos les nombreuses petites bestioles en premier plan, donne un certain charme au paysage. En quittant la digue longue d'une dizaine de kilomètres, nous abandonnons aussi ces petites mouches.

Nous escaladons la colline, pour la photo panoramique, c'est toujours plus beau, plus haut, en principe.

Sur la partie carrossable, nous rencontrons un groupe de fanas de voitures anciennes avec leurs véhicules, sympas mais pas au point d'échanger l'une d'elles contre la notre. Nous les rencontrerons plusieurs fois sur l'ile.

Plusieurs campings, mais pas un arbre, en plein cagnard, cela doit chauffer sous la tente. Par contre bien située en bord du lac, la douche est prévue après la baignade. Ici l'eau est 4 fois plus salée qu'à la mer.

Si les poissons ont du mal à survivre dans cette eau saumâtre ils ont laissé la place aux artémias, aux mouches saumures qui font le bonheur des oiseaux migrateurs, 400 espèces y passeraient. Nous avons aperçus des milliers de petits oiseaux sur pattes hautes et long bec. Des mouettes aussi, et d'autres que nous n'avons pas pu identifier.

Par contre nous avons très bien reconnu les bisons, très différents des mouettes, ils sont en nombre, entre 500 et 700, le chiffre exact n'est connu qu'en octobre lors du comptage par les cowboys du ranch. Que peuvent bien faire ces bisons sur une ile déserte? Une douzaine d'animaux furent introduits dans l'île en 1893, c'est maintenant leur descendance que l'on rencontre.

Ils trainent partout et sont facile à approcher surtout lorsqu'ils broutent le long de la route. Les antilopes par contre sont farouches, d'abord elles préfèrent se faire prendre le portrait de dos, le cul face à l'objectif et sitôt qu'elles vous repèrent la distance entre vous et elles à une fâcheuse tendance à augmenter.

Notre visite terminée nous prenons la direction de Green River à 240 miles où nous avons réservé un motel.

Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island
Antelope Island

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>