Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #usa tag

La route de l'or

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous repartons pour un demi tour du lac, ce matin le ciel est presque dégagé, le lac a toutes les variations de bleu, avec des petits liserés blancs à cause du vent. La température est fraiche, nous enfilons les polaires lors de la descente sur la plage. Hier nous avons vu une bande de vingt Ferrari, puis une autre de quatre VIPER et aujourd'hui 5 Chevrolet Camaro. La voiture de sport a du succès dans le secteur. Tout autour du lac le racket est permanent, sitôt que tu aperçois un coin intéressant, tu t'approches et tu tombes sur une guérite avec un garde qui te réclame 12 dollars. Nous refusons de payer et faisons systématiquement demi-tour. Nous voyons un ponton avec un joli bateau, nous nous approchons, nous nous garons sur le parking d'un resto pour éviter les 12 dollars de la guérite. Un tour du lac cela coute 51 dollars chacun. Cela fait un peu cher!. Nous repartons et à force de râler sur l'économie capitaliste locale, nous ratons l'embranchement et faisons 13 miles allez et autant au retour, car il y a une bordure centrale de 60 cm de haut qui ne te permet pas de griller la double bande jaune centrale habituelle. Nous avons donc visiter la zone industrielle de Carson City!

Nous arrivons enfin à Nevada City, qui naturellement comme son nom l'indique se trouve dans l'état de Californie. La ville a conservé les maisons, les saloons, l'église, le théatre du temps de sa splendeur, celle des mines d'or.

Quelques touristes déambulent dans les rues et nous croisons aussi un grand nombre de jeunes gens hirsutes, dépenaillés, tatoués, percingués avec leur guitare en bandoulière, d'autres regroupés nous montrent qu'ils savent l'utiliser avec talent, ce n'est pas simplement un instrument de décoration. Nous ne savons pas si c'est le lieu qui est branché baba cool ou s'il va y avoir une manifestation. Les magasins semblent eux aussi assez branchés, certaines sculptures et bijoux en devanture sont magnifiques. Nous mangeons dans un resto organic, des bagels avec de l'houmous, tomates, concombres et des graines germées sur le dessus, très frais, c'était un régal, accompagnés d'un thé glacé et d'un café. Message perso (Laurent tu aurais aimé).

Nous continuons de descendre la Gold Valley, les villes minières se succèdent et nous allons visiter une ancienne mine d'or, Empire Mine. Nous assistons à la visite commentée qui vient de commencer. Nous avons un peu de mal à tout comprendre. On retient des mots : or, quartz, mercure, arsenic... Le guide nous montre les photos du temps de l'exploitation, pas de problème et question mines avec nos nombreux séjours dans le nord, nous ne partons pas de zéro, ce qui favorise notre compréhension générale. Ici pas de chevalement, les mineurs descendent dans la galerie dans 2 chariots à 45° manipulés par un centre de contrôle qui les arrête au bon niveau sur la rampe.

Le principe reste le même, les mineurs descendent au fond par 2000 pieds et remontent le minerais, au bout d'un certain nombre d'années ils sont silicosés et leur patron est devenu très très riche, quand le gisement s'épuise les mineurs sont au chômage, malades et le pauvre patron, malheureux de ce qui leur arrive, les abandonne et continue de s'enrichir ailleurs. La mine s'arrêtera en 1969.

Nous repartons rejoindre Redding à travers d'immense vergers, essentiellement des pêchers, des noyers par milliers et des actinidiers (pour ceux qui ne connaissent pas, communément nommés les arbres à kiwis ou actinidia chinensis).

Nous trouvons facilement le motel 6 south, et là surprise il ne trouve pas notre réservation. Après plusieurs recherches toujours rien, puis la jeune fille toute contente nous annonce qu'elle l'a trouvé pour le même jour en octobre. Nous avons commencé la journée par une erreur nous finissons en beauté. Nous achetons une chambre pour ce soir et nous annulons la chambre pour octobre sitôt connecté à hôtel.com dans la chambre.

La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or
La ruée vers l'or

La ruée vers l'or

Voir les commentaires

Lac Tahoe

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous revenons sur nos pas, nous repassons au lac Mono, le temps est toujours nuageux et d'après la météo à l'orage. Aujourd'hui les abords du lac sont spongieux, il a plu hier soir, nous salissons les chaussures. Après notre visite matinale nous partons pour le lac Tahoe. Nous empruntons la scenic road, une route de montagne pleine de virages, au début des pins, des cèdres et quelques séquoias. Ensuite il est plus difficile de les identifier, il ne reste que des troncs calcinés. Les images d'incendie en Californie à la TV ne sont pas que virtuelles, sur le terrain il reste des traces, d'après les journaux cela brule toujours autour de San Francisco.

On monte, on descend, on monte, on descend etc.. C'est une scenic road, des ravins, des gorges, des ruisseaux, le paysage est agréable et le ciel toujours gris.

Arrivés à Lac Tahoe nous cherchons, le camping que nous avions sélectionné, il est sensé être en bord du lac et la route est à 100 mètres au dessus, étonnant. La route est en travaux, nous devons circuler en convoi, devancé par un guide, en circulation alternée, la galère. Au détour d'un virage nous voyons un autre camping que nous avions repéré, nous nous arrêtons à la guitoune du ranger, elle nous renseigne sur le premier qui est fermé. Pour le sien il y a trois sites, mais le vent est très violent, nous lui parlons météo, elle nous dit qu'ils annoncent de la pluie pour la nuit. Elle nous dit aussi, pas de douche, pas de magasin et nous n'avons à manger qu'une pomme et un gâteau à la frangipane. Nous allons donc faire le tour du lac et chercher un hôtel coté Nevada vers les casinos.

Coté californien, les villas côtières sentent l'argent la petite villa d'un côté de la route, un ponton de l'autre avec les chaises, le parasol et le bateau. Le tour du lac fait 100 km. 

Arrivée à Tahoe South, les casinos longent la rue, amener votre fric, nous sommes là pour vous le prendre. C'est le principe des jeux d'argent, tu est sur de gagner et de devenir millardaire si tu es le propriétaire, les autres sont là pour jouer et perdre.

Nous trouvons un motel pour 47,5 dollars. L'article est fini est dehors il pleut, le choix du môtel semble être statégique. Demain toujours plus au nord.

Lac Tahoe
Lac Tahoe
Lac Tahoe
Lac Tahoe
Lac Tahoe
Lac Tahoe
Lac Tahoe
Lac Tahoe

Voir les commentaires

Mono Lake et Mammoth Lake

Publié le par Sylvie et Gérard

Au lever, nous sommes déjà à pied d’œuvre, le visitor center de Mono Lake se trouvant très proche du Murpheys Motel où nous avons passé la nuit pour 148,96 dollars. Le samedi soir tout était « NO VACANCY », alors ne pas faire trop les difficiles. Le lit était confortable et le wifi marchait du tonnerre après 3h du matin, quand tous les voisins dormaient.

Nous avons vu une multitude d’animaux, des milliers, millions et peut être bien milliards de mouches d’alcali. Elles ne sont pas agressives et servent de nourriture aux nombreux oiseaux qui se donnent rendez-vous sur les iles et les bords du lac lors des migrations, pour nicher.

En plus des mouches, nous avons vu des grèbes, des goélands, des phalaropes, d’autres oiseaux non identifiés, un lapin et moins sympathique, un serpent !

Les concrétions calcaires, les tufas, se forment sous l’eau à chaque fois que le calcium d’une source d’eau douce rencontre les carbonates de l’eau salée du lac . Mais à force de piquer l’eau pour l’agriculture et surtout pour Los Angeles, le niveau a baissé de plus de 14 mètres lors de la construction du barrage. La bataille des écolos a permit de remonter le niveau de 6 mètres seulement, ce qui fait que beaucoup de concrétions sont maintenant visibles hors de l’eau dans la prairie.

Le site est magnifique, nous avons joué avec le brouillard, le soleil et les nuages pour prendre les photos cela a permit des éclairages différents, la météo annonçant de l’orage dans la journée.

Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake

Puis nous partons vers Mammoth lake, station de ski l’hiver et de mountain bike l’été. Nous allons voir des colonnes de basaltes, que nous appelons en France orgues, comme à Borg les Orgues pour ceux qui connaissent. Le temps se gâte encore, ils tombent quelques gouttes et le tonnerre gronde. Nous devons prendre la navette à la station de ski, la route étant interdite à la circulation. Mais pas de navette, elle a arrêté de fonctionner le 9 septembre. Le loueur de vélos nous dit que le seul moyen maintenant c’est de prendre son propre véhicule. Nous montons pendant 4 miles jusqu'à la cabane du ranger qui contrôle si tout le monde a bien payé son écot, puis nous redescendons d’autant par une petite route étroite et fort pentue où il est difficile de se croiser, ceci explique les navettes pendant la haute saison. A l’entrée du trail, le temps ne s’améliore pas, mais nous sommes venu pour voir les colonnes alors nous partons quand même.

Avec le ciel plombé, le basalte paraît encore plus sombre, les colonnes hexagonales sont bien serrées les unes contre les autres. Le temps a fait sont œuvre, le bas est recouvert de chutes de pierres, il faut dire que la coulée de lave date de 100 000 ans, alors le site a un peu vieilli.

Nous montons au sommet pour vérifier si toutes les colonnes sont bien calibrées et les hexagones bien formés. Ils le sont, nous pouvons redescendre rassurés de la précision de la nature.

Retour sous une petite pluie fine à Mammoth Lake, où se trouve notre Motel 6, cela n’a pas lavé la voiture.

Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake
Mono Lake et Mammoth Lake

Voir les commentaires

Yosemite la Tioga road

Publié le par Sylvie et Gérard

Y’a de la route de montagne au menu, 7h nous démontons la tente. Nous allons quitter Yosemite par le Tioga Pass. La route va monter à 9000 pieds d’abord à travers des forêts de pins avec quelques séquoias. On s’arrêtera prendre ces derniers en photos, puisque nous avons été privé du Fallen Monarch et du Grizzli Giant de Mariposa Grove !

Après la forêt, un décor de haute montagne avec d’impressionnantes coulées de granit et au loin le Half Dome. Nous nous arrêtons quelques instants au bord du Tenaya Lake.

Un peu plus loin, les Tuolumne Meadows. Beaucoup de monde le long de la route. C’est week-end, il fait très beau : il y a les pique niqueurs et les plus sportifs en randonnée, en escalade ou même à vélo !

Nous arrivons à Tioga pass (3031m, 9943 pieds pour faire plus impressionnants) c'est le problème des américains à vouloir toujours être les plus forts, et je te manipule la vérité et je t'utilise un système de mesure qui gonfle les chiffres).

La route va redescendre assez brutalement vers Lee Vinning. C’est là que nous nous arrêtons, au bord du lac Mono.

Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road
Sur la Tioga Road

Sur la Tioga Road

Voir les commentaires

Yosemite suite

Publié le par Sylvie et Gérard

7h on se lève. Nous n’avons pas de place au camping pour ce soir. Le cinéma d’ hier recommence : à 7h45 nous sommes devant la cahute, elle ouvre à 8h, nous sommes déjà en 6ème position. 8h le ranger attribue 4 emplacements, nous sommes encore en liste d’attente en 2ème position, il va falloir encore être présents à 15h pour la distribution des lots. Nous partons en direction de Sequoias groove voir les arbres millénaires et géants, après 3/4h de montée, nous passons devant une pompe à essence, par précaution nous faisons le plein et l’on se renseigne sur le parc.

Le mec nous dit que le site est fermé, et c’est là que nous comprenons que Sequoias Groove et Mariposa Groove sont un seul et même lieu unique et qu’il y a des panneaux partout dans Yosemite indiquant la fermeture de Mariposa. ! Petit coup au moral, nous redescendons dans la vallée et allons glander sur nos fauteuil le long de la rivière Merced. Bien calés dans nos fauteuils, nous observons les piverts (l’animal a certainement un autre nom puisqu’il est noir et blanc) en pleine manœuvre, facile à repérer il suffit de tendre l’oreille et de repérer d’où peut venir ce martellement (tac, tac, toc, toc, toc) puis c’est le tour des geais bleus de venir troubler notre quiétude et ensuite une biche et son faon, puis un cerf qui vient se désaltérer. Avec tout ces intrus qui nous dérangent, il est difficile de suivre le cours de l’histoire de notre roman !

15h nous avons notre place de camping, à Lower Pines. La place est plus grande, on en a cure puisque nous avons une toute petite tente, mais nous avons l’impression d’avoir mieux investi nos 26 dollars. Un petit tour au village, quelques courses, on achète deux bières et deux pizzas congelées que l’on réchauffe au micro-onde. Presque un régal, c’était le premier repas de la journée ! Nos exigences culinaires ont bien baissé ces derniers temps.

Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite
Yosemite suite

Voir les commentaires

Arrivée à Yosemite

Publié le par Sylvie et Gérard

Dés potron-minet nous voici à pied d’œuvre, direction Yosémite. Après un arrêt à Mariposa au super marché (pêches, pommes, ouvre boite et bien sur un tire bouchon), nous arrivons à l’entrée du parc ou nous investissons 80 euros dans un PASS annuel multi parcs nationaux. Il est 11h nous essayons de planter la tente, à la réservation des campgrounds, une pancarte indique que tous les campings sont full, mauvais début. Dans la guitoune le rangers nous explique qu’il reste quelques place au camp 4 pas terrible ou alors nous pouvons nous mettre en liste d’attente sur les autres sites, il nous montre la liste nous serions en 18ème place. S’il y a des désistements la distribution des places commence à 15h précise, les absents sont rayés et perdent leur tour. Nous optons pour cette solution car le rangers nous laisse entendre que nous aurions des chances d’avoir une place.

Que faire avant 15h, une randonnée mais le cœur n’y est pas. Le suspense est total, y aura t il de la place ou allons nous être rejeté sur la périphérie du parc à 1h de trajet. Il fait chaud, 95°F c’est supportable, la nébulosité est importante, toutes les montagnes se cachent derrière un voile blanc, surement un coup de DAESH qui a voilé la montagne avec une burqua. Malgré cela nous décidons d’aller à « glacier point » superbe point de vue en altitude en face de la falaise « El Capitan », spot célèbre chez les alpinistes. La visite est rapide, nous ne voulons pas rater le rendez vous de 15h et il faut plus de 2 heurs aller retour. C’est toujours un peu brumeux, nous prenons tout de même les photos avec un éclairage plus que moyen.

Retour au stand de réservation du camping, nous avons 20 minutes d’avance et d’autres aspirants campeurs font la queue.

Gagnés, nous avons le ticket 10 et choisissons la place 135 sur Upper Pines. Emplacement classique, du dur pour garer la voiture, a coté une surface assez importante pour la tente le cercle pour le feu de bois, la table, les bancs et bien sur le casier à nourriture avec serrure pour décourager les ours gloutons. Reste plus qu’à monter la tente. Un écureuil nous tourne autour et surveille le bon déroulement des opérations de construction de ce nouveau tepee acheté pour ce voyage et qui ne fera surement pas le retour.

Il est déjà 5h, nous partons à pied en exploration pour voir ou se trouvent les douches, les magasins, la nourriture et la boisson. Pour Sylvie une sorte de galette genre Pita avec du tofu et des épinards, pour moi pain au lait avec salami issu de cochon OGM, complétés par des petites tomates que nous avions acheté le matin. Il faut bien survivre.

La journée se termine ainsi, nous rentrons au camping et coucouche panier.


Yosemite

Des montagnes et des animaux
Des montagnes et des animaux
Des montagnes et des animaux
Des montagnes et des animaux

Des montagnes et des animaux

Voir les commentaires

De Carmen à Merced

Publié le par Sylvie et Gérard

Ce matin notre période mystique nous a repris, nous partons visiter la mission de Carmen, San Carlos Borromeo fondé en 1771. Rassurez vous, il n'y en a que 21 le long du Camino Real et aujourd'hui nous vous en imposons que 2 supplémentaires. Ensuite nous reprendrons notre période athée et nature. Le Camino Real est balisé par des cloches pour permettre au pèlerin de se repérer, nous nous utilisons un prospectus sans détail et le GPS, à chacun sa technique, le principal est d'arriver.

Ce matin la température est presque fraiche, un petit 80 mais le soleil va rapidement remédier à cela.

Mission San Carlos Borromeo
Mission San Carlos Borromeo
Mission San Carlos Borromeo
Mission San Carlos Borromeo
Mission San Carlos Borromeo

Mission San Carlos Borromeo

Nous remontons sur nos pas pour aller au nord-est vers Yosemite notre destination nature pour demain. Comme nous recroisons le Camino Real, nous visitons la 15ème mission fondée en 1797, San Juan Bautista. A ce moment précis c'est la canicule, 105 degrés au compteur, on cherche l'ombre pour garer la voiture, il n'y en a pas à proximité. Nous sommes dans un tout petit bled, style western, on se croirait dans un décor de cinéma. La mission est toute simple et très belle.

Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista
Mission San Juan Bautista

Mission San Juan Bautista

Nous continuons notre chemin à travers les champs d'artichauds, salades, pommes de terre, coton, le tout abondemment arrosé. Sur les collines avoisinantes le sol est brulé par le soleil, seul la vallée est verte. Nous croisons un grand nombre de station d'arrosage, l'eau coule à flôt dans les champs. Lorsque nous croisons une bonne odeur de merde, c'est que nous sommes à proximité d'un élevage de bovins géant, l'élevage est géant pas les 2000 vaches donc pas de s. Les vaches et les veaux sont entassés sous des préaux, pas un brin d'herbe.

En passant nous visitons le visitor center du réservoir de San Luis (une partie du State Water Project qui s'étend sur 900 km et qui amène l'eau du nord de la Californie au sud), le niveau est trés bas il manque au moins 20 mètres d'eau, nous voyons le bas des piles du barrage. Il faut bien de l'eau pour arroser toutes ces cultures. La dame nous demande où nous allons coucher, elle trouve que c'est trop tôt pour aller à l'hotel et nous envoie dans une réserve de cerfs en plein cagnard. Cela nous fera juste un petit détour et occupera notre fin d'après midi. Avec ses explications et le plan qu'elle nous a dessiné nous trouvons facilement, nous avons bien vu la mare puis l'école, traversé à ce moment là, la voie ferrée ensuite quelques miles parmi les cultures, nous croisons bien les camions de tomates avec deux remorques et nous voici arrivé au parc. Formidable les explications, elle devait être du coin. Cette une sorte de marais avec encore un peu d'eau sous les roseaux, stop des oiseaux migratoires en saison. Nous voyons même les cerfs (une espèce protégée : Tule Elk, en voie de disparition), alors que demander de mieux, trouver l'hôtel du premier coup, magnifique.

De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced
De Carmen à Merced

Voir les commentaires

Los lobos point

Publié le par Sylvie et Gérard

Ce matin, encore obligés d'aller chez Denny's pour déjeuner, il se trouve à côté de l'hôtel. Donc nous commençons la journée par un petit déjeuner copieux, qui va être le seul repas de la journée... Nous allons dévaliser Wallmart pour compléter notre matériel de camping, bientôt les choses sérieuses vont commencer, donc nous achetons des chaises, une massette pour enfoncer les fiches, différentes petites babioles et une lampe électrique à led pour être économique et écologique. Nous essayons de protéger la nature, c'est mal barré car nous consommons un max avec la Dodge, chaque fois que j'accélère, j'ai l'impression de vidanger une citerne d'essence.

La température est plus clémente ce matin, hier nous avons failli atteindre les cent degrés, une chaleur à transpirer et nous sommes obliger de visiter, touriste est un métier épuisant, surtout par forte chaleur. Les degrés sont en locaux, en Fahrenheit, cela fait plus impressionnant mais cela faisait chaud quand même.

Ces quelques emplettes effectuées, nous prenons la route numéro 1, et nous allons jusqu'au parc Los Lobos Point saluer le ranger qui est à l'entrée dans sa guérite. Pour 9 dollars nous allons y passer l'après-midi, j'ai eu une réduction d'un dollar en faisant valoir mon titre de sénior, plus de 62 ans, il me reprend aussitôt le double de la réduction pour payer la carte du site à 2 dollars avec les chemins de randonnée.

On enfile les chaussures de randonnées et nous voilà parti faire le tour de la presqu'ile. Le paysage bien que baigné par le Pacifique est du type breton, des rochers déchiquetés avec des oiseaux dessus, les animaux sont identiques ou un peu différents des nôtres. Nous arrivons à les identifier car nous regardons la télévision, cet engin de culture universelle qui nous permet de voyager gratuitement et nous nourri de tout les lieux communs véhiculés pour maintenir le capital en place.

J'ai parlé de paysages bretons car chez nous les rochers sont blancs.

Ici en plus ça sent fort le guano (terme technique qui sert à désigner la merde) , à cause du grand nombre d'oiseaux présents sur les rochers.

Donc revenons à nos lézards, lions de mers, cormorans, huitriers, pélicans, aigrettes, mouettes et aussi quelques touristes ou migrants de nationalités variées.

Entracte culturel : le parc s'appelle les lobos (les loups), car les cris des lions de mer ont été confondus avec les hurlements des loups.

Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos
Paysages et animaux de Los Lobos

Paysages et animaux de Los Lobos

Voir les commentaires

Sur la trace des franciscains

Publié le par Sylvie et Gérard

Aujourd'hui c'est la journée dévotion, Nous allons visiter trois anciennes missions. Elle sont construites dans la plus pure tradition espagnole de l'époque coloniale. Je viens te voler ton territoire, c'est pour t'amener la bonne parole et sauver ton âme, d'ailleurs si on te passe immédiatement par les armes tu es sauvé de suite (en voilà une bonne chose, c'est les bienfaits de la colonisation).

La première mission à Santa Barbara, nous avons eu un peu de mal à la trouver le GPS nous enduisant plein d'horreur. Après plusieurs tour et détour à pied nous la localisons à 3 miles du centre ville, nous y allons en voiture.

Mission de Santa Barbara
Mission de Santa Barbara

Mission de Santa Barbara

Ensuite nous faisons le tour en voiture de la jetée, impossible de se garer, alors en longeant la plage nous trouvons une place et prenons un petit cliché du pacifique et de la plage.

La plage à Santa Barbara
La plage à Santa Barbara
La plage à Santa Barbara
La plage à Santa Barbara

La plage à Santa Barbara

La seconde mission est à Santa Ynez, mais voilà elle se trouve à Solvang le village suivant. le village a été construit à la mode hollandaise, les pionniers ayant eu la nostalgie de leur plat pays, les maisons à colombages voisinent les boulangeries et les fromageries remplies de gouda et gâteaux hollandais. Rien n'y manque, les moulins battent des ailes pour se faire remarquer et animer le paysage. 

Mission Santa Ynez et village de Solvang
Mission Santa Ynez et village de Solvang
Mission Santa Ynez et village de Solvang
Mission Santa Ynez et village de Solvang
Mission Santa Ynez et village de Solvang

Mission Santa Ynez et village de Solvang

Une dernière mission : la Purisima Consolation près de Lomboc. Aujourd'hui, jour du Labor Day, pas de personnel, visite libre, beaucoup plus authentique, pas de village autour. La visite sera rapide car nous avons réservė un hôtel  à Monterey, il est 5h et il nous reste encore 3h 48 de route dixit le GPS.

La Purisima Consolation
La Purisima Consolation
La Purisima Consolation

La Purisima Consolation

Voir les commentaires

Nous allons au USA

Publié le par Sylvie et Gérard

L'avion était confortable, comme d'habitude nous avions les jambes repliées, pour manger le plateau qui touche l'estomac, cela évite de renverser la sauce sur le pantalon. Les turbulences ont été normales, juste quelques unes pour nous rappeler que nous ne sommes pas grand chose dans un petit vent d'altitude qui secoue le coucou comme un fétu de paille. Les pirates ne sont pas montés dans notre avion, nous ne passerons donc pas à la télévision et nous ne toucherons pas les royalties sur la sortie du livre racontant l'évènement, enfin bref un vol normal.

Nous allons au USA
Nous allons au USA

Nous arrivons à l'heure et commençons les formalités d'usages pour pénétrer sur le sol américain, nous étions en règle, le formulaire pour la douane bien rempli, nous n'avons rien (pas de bombe, pas de drogue, pas de maladie contagieuse, pas de nourritures et n'avons pas séjourné récemment dans une ferme, tout est OK. Nous essayons de placer nos ESTA au guichet, mais personne n'en veut, nous essayerons au retour, sinon à quoi ça sert d'investir sur internet dans un formulaire que personne ne veut mais qui est indispensable, au guichet des aéroports en France, tout le monde nous a bien demandé si nous avions nos ESTA sinon nous allions être refouler comme des migrants qui veulent pénétrer sur un territoire qui n'est pas le leur (comme disent certains politiques et personnages bien pensant.

Nous cambriolons le DAB en introduisant notre carte VISA avec un coup de code et envoyer la monnaie, nous détournons la navette de chez Hertz pour qu'elle nous amène gratuitement chercher une voiture dans leur parking, pris de terreur ils nous donnent une dodge simplement en leur dictant un numéro de réservation et nous voilà parti à la recherche d'un hôtel.

A Ventura, nous trouvons un motel 6, ce n'est pas le plus beau, ni le plus luxueux, mais il est dans nos prix et il fait déjà nuit, cela fait maintenant une trentaine d'heures que nous sommes debout alors nous n'allons pas faire les difficile même si la chambre est fumeur. Au lever nous allons en face chez DENNY'S pour le petit dej.

Nous allons au USA
Nous allons au USA

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4