Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #japon tag

Chez les sumos

Publié le par Sylvie et Gérard

Le décalage horaire est tenace, il nous permet de veiller jusqu’à 3h du matin (heure locale) sans problème. Les journées sont plus longues, mais le réveil est difficile. Nous sommes donc à pied d’œuvre vers les 10h, nous choisissons la marche, cela est plus vivifiant surtout que la température n’a pas baissé, elle avoisine toujours les 32 degrés. Pas bête nous marchons sur le trottoir côté ombre.

A l’ordre du jour aujourd’hui, nous avons mis, le musée de Edo Tokyo et la visite d’un parc près d’Asakusa, de l’autre côte de la rivière.

Avant de partir, nous avons fait une interview de google map qui nous a donné quelques précisions sur le chemin à suivre. Nous devons traverser la rivière par le deuxième pont et ensuite en tournant à droite nous devons atterrir sur le musée. Les prédictions se réalisent, un grand bâtiment moderne surplombant un immense patio nous attend.

La visite commence par le 6ème étage, nous passons sur un pont en bois reconstruit à l’identique qui traverse le 5ème ou se trouve toute une série de maisons modernes et anciennes, grandeur nature. Il y a des maquettes partout reproduisant la ville d’Edo au 17ème siècle. Pour chaque maquette, des « santons « peints rendent la scène plus vivante. La visite se continue en passant de Edo jusqu’à Tokyo dans les années 50, original et intéressant surtout les commentaires en japonais. Tout est de très bonne qualité, même s’il y a très peu de commentaires en anglais.

 

P1080022

 

P1080035

Nous ressortons et sur le patio du 1er étage, nous buvons un coup à l’ombre du musée suspendu.

En sortant, nous passons devant le stade des sumos. Pendant 15 jours se déroule le tournoi de Tokyo, les guides disent que les places sont difficiles à trouver et très chères. Nous voyons des gardes qui nous laissent prendre en photos des sumos en train de papoter dans la cour, Nous ne pouvons pas rentrer mais ils nous montrent l’entrée 20 mètres plus loin en nous disant « tickets ».

 

P1020600

En essayant de lire les affiches et les prix, nous voyons des prix exorbitants, 90 000 yens (900 euros), 50 000 yens (500 euros), cela nous refroidit un peu. Nous allons nous renseigner à la caisse et là surprise, il y a des places sur la dernière rangée du stade à

2 100 yens. Nous voilà partis pour un tournoi de sumos.

Le stade couvert est immense et presque vide, les apprentis sumos luttent en premier et les vedettes vers 16h d’après le programme en anglais.

Au fil du temps, le stade se rempli, surtout les places du bas et des premiers rangs.

Nous assistons à une trentaine de combats, certains sont très courts, en quelques secondes, un des lutteurs touche le sol ou sort du cercle. Finalement au fil des matchs je me sens de plus en plus fluets.

Plus le niveau monte et plus le cérémonial est important, les Juryo se saluent, quelques assouplissements, ils lèvent la jambe droite, puis la gauche, ils s’accroupissent et  se lancent l’un sur l’autre dans un choc de titans.

Ensuite viennent les Maku-Uchi, les grades les plus élevés, les Yokozuna et Ozeki ont leurs serviteurs et propres coussins qui sont installés en bas du ring pendant la durée du match, avant l’affrontement les drapeaux défilent indiquant le nombre de tournoi qu’ils ont gagnés, il y a en un qui en a 16.

On amène le sel, ils salent le cercle, une fois, puis deux, s’accroupissent, se relèvent, recommencent, ressalent, lèvent les jambes, ressalent, s’essuient le visage et sous les bras, ressalent, s’accroupissent et se lancent l’un contre l’autre. Le combat dure entre 2 à 30 secondes. Le combat est finit, le juge désigne le vainqueur ou s’il y a doute, ils se réunissent à 5 juges sur le terreplein et désigne un vainqueur.

 

P1020755

 

P1020721

 

P1020727

 

P1020857

 

P1020859

 

P1020869

 

P1020872

Et on recommence avec 2 autres etc etc…

 

A la fin tous les spectateurs sortent avec des sacs en papier, 2 à 6 par personne plein de petites boites, qu’ils vont prendre à la consigne sauf nous. Nous rerentrons pour nous renseigner. Finalement se sont des gourmandises légères pour sumos (marrons, gâteaux, confiseries) qu’ils ont achetés pendant les entractes et qu’ils reprennent à la sortie. Les boites sont décorés avec des sumos et ont un succès fou.

Nous rentrons à l’hôtel à pied, après cette après midi sportive. Il est 18h, il fait nuit, tout est fermé.

Voir les commentaires

Tokyo Zoo

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous voilà réveillés un peu trop tôt, on ne sort pas du lit, et hop une rechute et il est 9h30. Le temps de mettre en route, il est 10h. Nous commençons par réserver 2 nuits supplémentaires à l’hôtel d’Asakusa puis nous allons en métro réserver le train pour Sapporo. Plus de place dans le train de nuit, nous allons donc regarder le paysage pendant 10h.

Nous sommes à la gare de Ueno, nous allons ensuite au parc de même nom juste derrière. Nous commençons par faire le tour de l’étang, recouvert de lotus. Une passerelle passe au milieu, nous essayons de la trouver. Le parc est très bien signalé mais ça nous est incompréhensible !! Après des montées d’escaliers et des traversées de temples, nous arrivons devant l’entrée du zoo. Pas au programme, mais il y a dedans 2 pandas géants, et ça on ne connaît pas. C’est donc parti pour la visite. Les 2 gros nounours finissaient leur repas de pousses de bambou et partaient se vautrer pour la sieste au fond de leur habitation. Comme nous avons constatés une "pandamania" autour de Ueno, nous avons fait une recherche google sur les pandas du zoo de Tokyo. Le 30 avril 2008, Ling Ling le panda géant de Tokyo est mort à 22 ans. En "diplomatie panda" la Chine a loué au Japon deux autres pandas géants, Bili et Xiannu pour 10 ans et la modique somme de 950 000 dollars par an. C'est 2 pandas sont visibles au zoo depuis avril 2011. Ce qui explique toutes les décorations, les patisseries, etc.. autour des pandas, il faut bien amortir, maintenant. Cette location a permis de réchauffer les relations diplomatiques entre les 2 pays toujours trés tendus.

Bien que petit zoo de centre ville, il y a pas mal de gros animaux, éléphants, girafes, zèbres, rhino, hippo…et en forme.

Nous avons aussi découvert un okapi, des tatous, des lémuriens, un fourmilier, un couple de pandas rouges, des hippos pygmés ( 1m).

Et enfin nous trouvons la passerelle au milieu du champ de lotus.
A 17h, les gardes nous mettent dehors. Nous retraversons le parc. A l’abri des arbres, quelques tentes de fortune habités par des SDF.

De la gare nous partons vers la rue Kappabashi, la rue des ustensiles de cuisine, mais la plupart des boutiques sont déjà fermées. La nuit tombe, les rues sont vides. Seules les lumières des restaurants les illuminent.

 

P1020408

 

P1020417

 

P1020440

 

P1020450

 

P1020514

 

P1020556

 

P1020570

 

P1070944

 

P1070999

 

P1080014

Voir les commentaires

Arrivée à Tokyo

Publié le par Sylvie et Gérard

4h du matin, Jean Charles nous transporte à Marignane.

Nous essayons de faire changer nos réservations, sur internet nous n'avions pas pu avoir de place couloir entre Amsterdam et Tokyo. Il reste des places couloirs éparpillées, pas côte à côte. Nous nous résignons donc à voyager côté hublot, et nous ferons lever la personne du couloir. Mais bonne surprise nous sommes à l'avant de l'avion avec de la place pour les jambes, estampillées économique confort !!!!!

 

Le repas dans l'avion est japonais, de bonne qualité, la nuit fut courte mais les films interressants pour Gérard, Sylvie a préféré son livre.

L'arrivée à Narita se fait sans problème. A la douane nous passons avec 2 policiers différents, mais les 2 sont étonnés que nous restions 7 semaines pour seulement des vacances, nous ne sommes pas dans les normes, ils nous posent plein de questions sur notre trajet, si nous connaissons des gens sur place, chez qui nous allons, qui va nous héberger. Ils nous tamponnent le passeport  après nous avoir pris les empreintes des index droit et gauche ainsi qu'une photo. Nous voilà à pied d'oeuvre. Le yen a profité de la nuit pour augmenter encore une fois, il est passé de 108 à 104 yens pour 1 euros. Nous changeons à 101,4 yens, quand nous pensons que nous avons changé à 168 yens en 2008. Sniff, snifffff......

 

Nous allons changer notre JR pass 21 jours, Nous pouvons prendre le train gratuit sur tout le japon jusqu'au 3 octobre, Nous essaierons de ne pas voyager du 4 au 7 octobre, et ce jour là nous validerons notre deuxième JR pass jusqu'à la fin des vacances.

Nous avons les réservations pour la gare de Tokyo, le train express part dans 15 minutes, plus le temps de flémarder à l'aéroport, on embarque. 2 arrêts plus loin et 36 minutes plus tard, nous cherchons le Yamamote ( train circulaire de Tokyo) pour nous rendre à la gare de Ueno. Pas de problème, il n'y avait pas de monde dans les trains et nous circulons tranquillement avec nos bagages. Bien sur, il y a bien quelques escaliers pour corser le trajet de Sylvie avec son sac à roulettes, mais c'est bon pour le sport et ses tendinites.

Maintenant il ne reste plus qu'à trouver l'hôtel. Du premier coup nous trouvons Asakusa dori, la chance nous sourit, le soleil aussi il fait 35 degrés et avec les sacs à dos nous commençons à mouiller les maillots. Pas cons, nous changeons de trottoirs et essayons de marcher à l'ombre. D'aprés le plan, il suffit de suivre la Asakusa dori jusqu'à la rivière, de tourner à droite sur 300 mètres. Nous n'avions pas le souvenir qu'il y avait autant de vélos. Sur le trottoir c'est une file ininterrompue de vélos qui roulent entre les piétons ou qui sont garés en épi.

 

30 petites minutes de marche, et voici l'hôtel, du premier coup, soit en viellisant comme le bon vin nous nous bonifions, soit nous avons un peu triché en choisissant la marche au lieu des transports en communs .

Il est midi, nous laissons nos sacs, la chambre sera prête à 15h.

 

  En profitant de notre relative fraicheur, toujours 35 degrés et manque de sommeil, mais sans bagages, nous partons déambuler. En passant devant la poste, que nous trouvons en interviewant une jeune passante en anglais, nous achetons quelques jolis timbres que les plus chanceux découvrirons peut être dans leur propre boite aux lettres.

 

Ensuite nous revisitons le temple Senjo ji, puisque nous sommes à côté.

Il sagit du temple le plus ancien et le plus visité de Tokyo. Il y a beaucoup moins de monde que pour le Nouvel An 2008. Les stands de nourriture ont disparus. L'allée Nakamise est toujours aussi marchande avec ses nombreuses échoppes de souvenirs et ses stands de glaces et de thé. Un thé macha glacé va nous doper pour la visite.

Nous rentrons à l'hotel aprés avoir mangé quelques pâtes locales dans un petit resto. Spaghettis à l'encre à la tokyoite, celà change de la recette vénitienne, mais cela reste délicieux. Sur le chemin du retour nous reconnaissons l'horrible flamme dessiné par Philippe Starck au dessus de l'immeuble de la bière Asahi. ll est 15h30, une bonne douche nous attend, quel régal, suivi d'une petite sièste réparatrice.

 

Tokyo Asakusa

Asakusa

 

35 a l'ombre

35°C à l'ombre

 

Temple Senjo ji

Temple Senjo ji

 

Ablutions

Ablutions

 

Sur les pas de Boudha

Sur les pas de Boudha

 

Voir les commentaires

carte

Publié le par Sylvie et Gérard

Pour agrandir la carte cliquer dessus

Carte mini du japon

Voir les commentaires

Les derniers jours au Japon

Publié le

Une nouvelle  galerie de photos  " Kobe les derniers jours" sur  le blog en attendant  la selection complète sur le site  "autour du monde"

Voir les commentaires

Dernier jour

Publié le

Derniers jours au Japon

Mercredi 9 Janvier
Ce matin nous rentrons à Kobé. Le sac prêt et le petit déjeuner pris chez Starbucks, nous traversons la route pour la Gare. Le Shinkansen est à 10h36. Cette fois le train est vide. 
undefinedundefined
Il y aura un peu de brume tout le long du trajet, nous aurons beaucoup moins de chance pour la vue du Mont Fuji : nous apercevrons juste le sommet enneigé dans les nuages. A 14h Céline et Také nous attendent à la gare. Nous passerons le reste de l’après-midi dans les magasins de Sannomiya.
Le soir, repas Yakitoris avec les parents de Take. Pantagruélique, des brochettes sous toutes les formes
Jeudi 10 Janvier
Le matin nous traînons tous, aujourd’hui c’est l’anniversaire de la mère de Také. Puis vers midi, nous décidons de partir pour Kobé par le train local, Céline et Také partant faire des achats dans une autre direction. Avec le plan du train, le nom de la station de Miki et celle de Kobé, nous partons vers la gare. Pas de guichet que des machines automatiques avec des chiffres et de l’écriture japonaise. 
undefined

Un jeune homme nous aide à acheter nos billets à 650 yens, un autre nous indique le sens du train sur le quai. Nous montons dans la voiture presque vide. Le 1er jeune homme, nous écrit comment arriver à la gare de Shinkaichi et comment prendre le métro et à quel tarif jusqu’à Sannoniya. Un autre passager nous demande de quel pays nous sommes, la voyageuse en face essaie de nous parler. Sur le coté une jeune femme et sa mère, nous font de grands sourires et se lève. Elle nous parle français, écoutait notre conversation et venait nous dire que notre prévision de visite à Kobé n’était pas très intéressante, et qu’avec sa mère, elle avait mieux à nous proposer ! Sur notre carte elle nous montre le Port, les centres commerciaux…et c’est vrai que c’est plus touristique. Du paysage de notre trajet de 50 mn, nous n’avons rien vu...nous n’aurons aucun repère pour le retour… Elle abandonne sa mère à la station de métro et nous accompagne sur le Port en passant par les galeries marchandes en sous-sol. Elle nous raconte un peu sa vie : médecin sur un bâteau de croisière.

undefined

undefined

Nous continuons ensuite seuls en suivant ces indications, et nous traversons les galeries marchandes jusqu’au Chinatown. Puis nous rentrons, seuls et sans se tromper jusqu’à la station de Midorigaoka, celle de Miki. En résumé, le train local est plus difficile à prendre, pas d’anglais, pas d’indications, il faut faire attentions aux stations…ou trouver de l’aide…
A la maison, l’Oncle et la Tante de Také nous attendent, nous allons tous au restaurant : au menu grillades de viande. Tous assis autour d’une grande table, le serveur vient allumer les braséros insérés dans la table et prend notre commande. Viande d’abord, tranches fines de bœuf (langue) avec des légumes, du foie cru au sésame (à manger cru), puis du poisson et des fruits de mer. Une fois l’ingrédient cuit, on le trempe dans un bol de sauce. Pour accompagner du riz, du, soja, de la soupe. Nous sortons bien rassasiés. 
undefined

Au retour Také et Céline attaquent le rangement des bagages, qui durera quelques heures…
Vendredi 11 janvier
Tous réveillés tôt, nous chargeons la voiture et bien, nous avons nos bagages sur le genoux.
A 9h30 nous enregistrons nos bagages, nous faisons nos derniers achats. Avant de passer sous douanes, nous nous installons dans un bar avec les parents de Také. A 12h30, l’avion décolle d’Osaka et à 21h, heure française, nous débarquons à Marigane sous la pluie. Vacances finies….

Voir les commentaires

Tokyo visite on continue

Publié le par Sylvie et Gérard

Nous voilà partis de bon matin, 10h, à pied direction le marché aux poissons. 2 heures après sans détour nous voici arrivés. On cherche un peu entre les hangards, les camions et les chariots motorisés avant de trouver le bon hall.


Des centaines de marchands, des poissons, coquillages et crustacés partout, ici tout est vivant. Nous voyons des moules plus grosses que mes deux mains, des crabes aux longues jambes, des thons énormes en train d'être découpés à la scie à ruban.

On se faufile entre les stands en essayant de ne pas gèner ou de ne pas se faire renverser par un chariot, on voit plein de poissons de toutes tailles, minuscules, 1 cm à plusieurs centaines de kilos pour les thons, des crustacés et des coquillages inconnus et d'autres  identifiables.


 Le marché est en train de fermer, nous partons en déambulant dans les ruelles des alentours remplies de marchands de légumes et de poissons. On mange des choses inconnues au gout de noix que nous offre une commercante. Nous achetons des kakis secs et partons vers une nouvelle aventure prévue dans la journée.




Première étape, se repérer et ensuite rejoindre la station de train JR, nous voulons aller à Harakuju  sur la Omote-Sando les Champs Elysées japonais. 30 mn de marche et 25 mn de train, nous sommes à pied d'oeuvre. On tourne dans le quartier, des boutiques luxueuses ( Chanel, Dior, Prada, Tod's ...) certaines avec un certain design.


Ensuite nous naviguons dans les ruelles, on tombe sur des habitations avec jardins, on se croiraient dans des cités, cela détonne avec le quartier : Porsche, Mercedes, BMW garées devant les maisons. De rues en rues nous arrivons dans la Takeshita-dori haut lieu branché, où les jeunes viennent se saper. Des fringues plutot surprenantes pour nous, mangas,  gothiques ou au look un peu loufoque.



Reprise du train yamanote dans le même sens, comme cela nous faisons le tour de Tokyo, 35 km en un peu plus d'une heure, nous descendons à Hamamatsu-cho. Nous avons au programme l'ascencion de la Tokyo Tower, la Tour Eiffel japonaises (325 m) avant la nuit. En passant, visite d'un temple et ascenseur jusqu'à 250m de haut, la vue est magnifique sur Tokyo, le temps est dégagé mais brumeux ou pollué, au choix, enfin, on voit pas grand chose à plus de deux ou trois km.



En rentrant toujours à pied, c'est pas loin 4 km de l'hotel, nous rencontrons un yakitori bar, nous allons essayer. La madame nous envoie au premier étage et là, nous découvrons les tables basses avec les trous sous la table pour passer les jambes. Je me glisse relativement facilement et me demande comment je vais sortir de là après manger. Celà fait beaucoup rire Sylvie. Deux bières et 8 brochettes aprés, nous nous extirpons de cette situation assez facilement, la bière me rend plus souple me glisse Sylvie sournoisement.
On rentre à l'hotel on est lessivé, demain retour à Kobé par le shingansen.

Voir les commentaires

Tokyo la visite

Publié le par Sylvie et Gérard

Ce matin, à peine levés, il nous faut penser au départ et aller réserver les places sur le shingansen Tokyo - Kobé. Nous trouvons des places non fumeurs pour le train de 10h 36, arrivée à Kobé 13h 52. Nous allons au nord de la ville en métro par la Ginza line. La bouche de métro est toute petite, on croirait une entrée d'immeuble, dans le métro un tableau lumineux nous aide à savoir où l'on se trouve, le signal se déplace de station en station pas de problème pour savoir où nous nous trouvons, d'autant plus que nous descendons au terminal Asakusa.


En suivant la foule comme d'habitude, nous arrivons sur une rue avec des échoppes par centaines de chaque coté de la rue et au centre. Nous prenons l'allée centrale en faisant toutes les boutiques pour placer nos yens avec discernements. Au bout de l'allée, le temple, nous sommes un jour de semaine mais il y a toujours foule. Lavage de mains, ablutions, lancement de pièces, loterie pour bonbons ( fruit frais enrobé de sucre mou), moi j'en gagne un, Sylvie deux, une fois les obligations légales remplies, nous retournons faire les boutiques.



Nous nous restaurons à une gargotte de brochettes de poulpes, de calamars et de Yakatori,  c'était fameux. Retour à l'hotel par le métro, on se trompe de sortie, nous descendons la station d'avant. Nous continuons dans les rues avec le plan, en passant devant un salon de thé assez chicos, Sylvie pense que nous devons essayer cette spécialité japonnaise. On entre, plusieurs choix s'offrent à nous, la table basse avec le brasero au milieu et la théière en fonte, le sol me semble bas, j'opte pour les tables avec chaises, pour une première pas de risque.


Ensuite nous devons choisir, Sylvie se déclare pour un thé Matcha, moi pour un thé Kobu-cha ( tangle tea), le tout accompagné de deux petites patisseries japonaises. Sylvie a un Matcha bien vert et bien moussu plus concentré et plus moussu que celui que nous buvons à la maison, pour ma part j'ai un thé au gout surprenant, il semble un peu salé et légèrement gluant, un gout nouveau, si j'avais fait un test à l'aveugle, j'aurais peut être identifié un jus de cuisson de pâtes trop cuites qui a perdu son amidon. La patisserie à base de haricots rouges sucrés était très gouteuse. Retour à l'hotel, il tombe des gouttes, nous déposons nos achats et nous ressortons de suite dans les quartiers chics. Nous passons tout en revue, Channel, Denhill, Cartier, Montblanc, Louis Vitton, Van Cleeff, le gratin au grand complet, nous flanons sous la pluie, mais les achats sont plus rares. Il fait nuit, repas bentos au sous-sol du magasin Takashimaya. Nous rentrons une nouvelle fois épuisés.

Voir les commentaires

Arrivée à Tokyo

Publié le par Sylvie et Gérard

Ce matin nous prenons le Shingansen pour Tokyo : 2H25 de trajet. Nous avons une réservation dans un wagon fumeur, mais l'air est trés respirable, pas enfumé.


En passant devant la ville de Mishima, nous apercevons le Fuji bien blanc. Il a beaucoup neigé la nuit du Nouvel An, il reste encore un peu de neige dans les campagnes.

A Tokyo, l'hotel se trouve en face de la gare, à 3mn, nous le trouvons de suite. Une fois le sac déposé nous prenons le Yamanote à la gare, c'est un JR, il fait le tour de Tokyo, donc le pass marche, c'est gratuit, direction le Parc du Meiji- Jingu.


Comme d'habitude à la sortie de la station, nous n'avons qu'à suivre le millier de personnes qui nous précède pour aller jeter sa pièce de monnaie sur le drap blanc devant le temple. Nous avons mis 1h15 depuis la descente du Shingansen pour trouver l'hotel, laisser les bagages, reprendre le train et trouver le temple.Cette fois pas d'horoscope ou de voeux accrochés, d'ailleurs ce sont les dernières heures, les moines démontent leurs étalages.


En traversant le pont Jingu-bashi au dessus de la voie ferrée juste à coté de la gare Harajuku, quelques gamines prennent la pose en Cos-play Gang : elles sont habillées et maquillées en gothiques ou mangas.
Nous rentrons tranquillement à l'hotel par le Yamanote, en faisant le tour du quartier : vide pour ce dimanche soir, même les restos sont fermés.

Voir les commentaires

Nara

Publié le par Sylvie et Gérard

Samedi 5 janvier
Nous réservons notre hotel et le Shikansen pour Tokyo, nous prenons le train pour Nara, quai numéro 8. Nous changeons de train à mi parcours pour prendre un express plus rapide, 15 minutes de gagnées.



Arrivés sur place à midi, nous nous arrêtons manger, le petit déjeuner a été oublié dans la précipitation du matin. Nous prenons la rue commerçante qui part vers le Parc, elle est pleine de monde.




Trois temples au programme de la journée : Kofukuji avec sa pagode à 5 étages, Todaji et son bouddha géant en bronze, le plus grand du Japon et enfin Kasuga Taisha aux 3000 lanternes, tous classés au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO.

Dans le Parc des milliers de daims se promènent attendant que les visiteurs leur donnent de la nourriture ( petites galettes vendues 150 yens les 10), c'est l'attraction supplémentaire des enfants mais aussi des adultes.








Au retour à Kyoto par le train local, arrêt à toutes les gares. Nous montons en haut des 100m de la Tower pour regarder le panorama de la ville, la nuit. Une miso soup au Cube et nous rentrons à l'hôtel. Journée bien remplie


Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>